in

Grands albums sortis en 2020 que vous devriez écouter

Dans une tournure ironique de la vie, alors que la pandémie a suspendu toute possibilité de voir les grands artistes du moment présenter leurs nouveaux matériaux, 2020 a été l’année où l’industrie de la musique a vu certains des meilleurs albums de tous les temps. présentant ces dernières années.

Ce fut une année pleine de chansons mémorables qui nous ont fait pleurer, réfléchir, rire et nous souvenir de ces petits moments qui nous ont fait profiter pleinement de la vie d’une manière unique que seule la musique sait faire. La collection d’albums suivante n’a pas d’ordre hiérarchique spécifique.

Vous pourriez aussi être intéressé par: Découvrez les meilleures premières télévisées de 2020

« Punisher » par Phoebe Bridgers

Deuxième album studio de la jeune artiste californienne qui a réussi à se positionner comme l’un des meilleurs compositeurs que la scène indépendante ait pu proposer.

C’est un album avec lequel Bridgers Il semblait anticiper le chaos à venir dans le monde, présenté dans chacune de ses chansons, brèves vignettes dans lesquelles il raconte avec sa douce voix ce désir de vouloir envoyer le monde en enfer, mais que nous n’osons jamais préciser.

« After Hours » par The Weeknd

Injustement ignoré par Grammy, Le weekend parvient à élever à travers une nouvelle esthétique et un récit qui cherche à analyser sa propre condition d’artiste pop l’un des meilleurs albums de la décennie.

Avec un style marqué de synthétiseurs qui boit directement des années 80 ou un son garage des années 90, cet album parvient à capter les instincts les plus bas de son interprète avec des thèmes qui parlent de regret, de dédain, d’anxiété et d’ennui.

«Folklore» de Taylor Swift

De tous les albums surprises qui ont émergé tout au long de l’année, celui de Rapide C’était sans aucun doute le plus agréable de tous. En comptant sur la collaboration spéciale de Aaron Dessner de « Le National», folklore est celui qui s’éloigne du style pop vers lequel Rapide il s’était accroché ces dernières années pour nous présenter un travail de signature personnel.

C’est un album qui parvient à évoquer des endroits froids et solitaires au milieu d’une forêt qui se déploie dans une photographie en noir et blanc qui amène l’auditeur à penser à tous ceux qui manquent. Avec ce travail, Rapide montre sa maturité en tant qu’artiste.

« Tickets to My Downfall » par Machine Gun Kelly

C’est drôle de voir que certaines des meilleures œuvres punk rock viennent de quelqu’un dont les origines sont dans le rap. Avec Travis Barker, l’artiste de 29 ans s’est complètement réinventé dans un album qui, pour les plus vétérans, vous rappellera ces après-midi du milieu des années 2000 où des artistes comme Simple Plan figuraient encore dans le top 10 du MTV (quand il diffusait encore de la musique).

Dans 15 sujets, Blonde don parvient à embrasser ce rocher alternatif râpeux qui, le cœur brisé, nous fait nous déchirer la gorge avec une bouteille à la main. L’ajout de Halsey à l’une de leurs chansons se traduit par l’un des singles les plus accrocheurs et les plus amusants de l’année.

« Miss Anthropocène » par Grimes

Grimes c’est un cas particulier. Il semble qu’elle vit dans un autre monde cyberpunk de technologie et que les êtres vivants se fondent en un seul, nous rendant visite de temps en temps pour livrer des albums comme celui-ci, dans lequel elle façonne anthropomorphiquement le changement climatique, le transformant en une déesse enragée.

Un album de synthétiseurs lourds, de voix mélancoliques et de paroles qui racontent les derniers jours de l’humanité. Juste ce dont nous avions besoin cette année.

« Imploding the Mirage » par The Killers

Chaque nouvelle version du groupe Fleurs de Brandon Cela fait grand bruit et cet album, sans être un chef-d’œuvre complet, parvient à répondre aux attentes suscitées après le départ du guitariste Dave Keuning.

Avec des refrains puissants et un son mieux défini que jamais, le regroupement de Las Vegas reconstruit un autre album qui est sûr de sonner bien dans un stade lors d’une performance live.

«Plastic Hearts» de Miley Cyrus

Après une carrière marquée par la polémique et la musique pop, Cyrus effectue une réinvention complète de son personnage musical avec une exploration rock de ses racines, en comptant sur les collaborations de Billy Idol, Joan Jett et Stevie Nicks.

Cyrus Il parvient à se débarrasser de tout masque imposé lors de ses précédents jobs pour montrer que son talent doit se concentrer sur le rock 24h / 24 et 7j / 7, car c’est un genre qu’il parvient à dominer et à l’intégrer à sa personne.

«Lettre à vous» de Bruce Springsteen

Le patron retourne au studio d’enregistrement avec le vingtième album de son wagon, accompagné une fois de plus par Le E Street Band». 12 chansons dans lesquelles l’une des figures légendaires du rock fait un travail crépusculaire dans lequel il réfléchit sur son héritage et tout ce qu’il a accompli tout au long de sa carrière.

« Nous sommes le chaos » de Marilyn Manson

La collaboration de Manson ensemble un Shooter Jennings nous a donné des raisons de nous exciter à nouveau par la musique de ce personnage controversé, qui interprète une représentation de ses fantômes personnels qui hantent son processus créatif. Un son sobre, presque cérémonial qui revendique à nouveau l’artiste comme l’un des plus importants et influents du rock industriel.

« Pétales pour armure » par Hayley Williams

Celui qui est devenu l’une des voix les plus emblématiques de la pop punk a réussi à abandonner son style signature sur son premier album solo. Par l’utilisation de métaphores ornées de synthés occasionnels et d’harmonies charmantes, Williams parvient à présenter le processus de transformation qui lui a permis d’atteindre sa propre voix musicale.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂