dans

Google et Facebook se préparent à retirer des services de leurs utilisateurs australiens: un aperçu de ce qui se passe

Les dirigeants de Google et Facebook ont dit à un comité du Sénat ils sont prêts à prendre des mesures drastiques si le code de négociation australien des médias d’information, qui obligerait les géants de l’internet à payer les éditeurs d’information pour les liens vers leurs sites, entre en vigueur. Google n’aurait «pas vraiment d’autre choix» que de couper entièrement les utilisateurs australiens de son moteur de recherche phare, a déclaré au comité le directeur général australien de la société, Mel Silva. Les représentants de Facebook ont ​​à leur tour déclaré qu’ils supprimeraient les liens vers des articles de presse du fil d’actualité des utilisateurs australiens si le code entre en vigueur tel qu’il est actuellement.

En réponse, le gouvernement australien ne montre aucun signe de recul, avec le Premier ministre Scott Morrison et le trésorier Josh Frydenberg les deux disent ils ne répondront pas aux menaces.

Alors qu’est-ce qui se passe ici? Google et Facebook sont-ils vraiment prêts à retirer des services de leurs utilisateurs australiens plutôt que de remettre de l’argent aux éditeurs en vertu du code de négociation?

Les actualités sont-elles importantes pour Facebook et Google?

Facebook affirme que les nouvelles ont peu de valeur réelle pour son entreprise. Il ne fait pas d’argent directement avec les actualités et affirme que pour un utilisateur australien moyen, moins de 5% de son fil d’actualité est constitué de liens vers des actualités australiennes.

Mais cela est difficile à concilier avec d’autres informations. En 2020, l’Université de Canberra Rapport d’actualité numérique a constaté qu’environ 52 pour cent des Australiens reçoivent des informations via les médias sociaux, et le nombre augmente. Facebook se vante également de ses investissements dans l’actualité via des accords avec des éditeurs et de nouveaux produits tels que Facebook News.

A lire :  Ces smartphones chinois à bas prix ont été vendus avec des logiciels malveillants déjà installés en mémoire

Google affirme également qu’il gagne peu d’argent grâce aux actualités, tout en investissant massivement dans des produits d’actualité comme Vitrine de nouvelles.

Ainsi, bien que les liens vers les actualités ne soient pas nécessairement des publicités directes pour Facebook ou Google, les deux considèrent la présence d’actualités comme un aspect important de l’engagement du public avec leurs produits.

  Google et Facebook se préparent à retirer les services de leurs utilisateurs australiens: un aperçu de ce qui se passe

Image représentative. Crédit créatif: tech2

Selon leurs propres conditions

Bien que les deux sociétés soient prêtes à donner de l’argent aux éditeurs de nouvelles, elles souhaitent conclure des accords selon leurs propres conditions. Mais Google et Facebook sont deux des entreprises les plus importantes et les plus rentables de l’histoire – et chacune détient beaucoup plus de pouvoir de négociation que n’importe quel éditeur de nouvelles. Le code de négociation des médias d’information vise à corriger ce déséquilibre.

De plus, Google et Facebook ne semblent pas vouloir accepter le rôle social unique de l’actualité, et du journalisme d’intérêt public en particulier. Ils ne reconnaissent pas non plus qu’ils pourraient être impliqués d’une manière ou d’une autre dans le déclin du secteur de l’information au cours des dix ou deux dernières années, pointant plutôt du doigt des changements impersonnels dans la technologie publicitaire.

Le code de négociation des médias introduit est beaucoup trop systématique pour qu’ils veuillent l’accepter. Ils préfèrent choisir des accords commerciaux ayant une «véritable considération commerciale» et ne pas être liés par un ensemble de règles d’arbitrage unique.

Une histoire de monopoles américains

Google et Facebook dominent respectivement la recherche sur le Web et les médias sociaux, d’une manière qui fait écho aux grands monopoles américains du passé: le rail au 19e siècle, puis le pétrole et plus tard les télécommunications au 20e. Toutes ces industries sont devenues des formes fondamentales d’infrastructure capitaliste pour le développement économique et social. Et tous ces monopoles nécessitaient une législation pour les briser dans l’intérêt public.

A lire :  Comment supprimer votre compte WhatsApp

Il n’est pas surprenant que les grandes plateformes médiatiques ad-tech ne veuillent pas suivre les règles, mais elles doivent reconnaître que leur grande richesse et leur pouvoir s’accompagnent d’une responsabilité morale envers la société. Les obliger à assumer cette responsabilité exigera une intervention du gouvernement.

Pionniers en ligne Vint Cerf (maintenant VP et Chief Internet Evangelist chez Google) et Tim Berners-Lee («Inventeur du World Wide Web») ont également présenté des mémoires au comité sénatorial qui défendait les intérêts des sociétés. Ils ont affirmé avec beaucoup d’esprit que le code briserait l’Internet «libre et ouvert».

Mais Internet d’aujourd’hui n’est guère gratuit et ouvert: pour la plupart des utilisateurs, «Internet» est d’énormes plates-formes d’entreprise comme Google et Facebook. Et ces entreprises ne veulent pas que les sénateurs australiens interfèrent avec leur modèle d’entreprise.

Le sénateur indépendant Rex Patrick a frappé dans le mille lorsqu’il a demandé pourquoi Google n’admettrait pas que le problème fondamental était celui des revenus, plutôt que des détails techniques ou des questions de principe.

Dans quelle mesure devrions-nous prendre au sérieux les menaces de quitter le marché australien?

Google et Facebook sont prêts à suivre les processus du comité sénatorial, à condition qu’ils puissent modifier l’arrangement. Ils ne veulent pas être considérés comme non coopératifs.

La menace de partir (ou comme le dit Simon Milner de Facebook, «l’explication» de la raison pour laquelle ils seraient forcés de le faire) est leur pire scénario. Il semble probable qu’ils risqueraient de perdre un nombre important d’utilisateurs s’ils le faisaient, ou du moins de les avoir beaucoup moins engagés – et donc de générer moins de revenus publicitaires.

A lire :  Ce Chromebook Lenovo de 14 pouces coûte moins de 200 € pour le moment

Google a déjà exécuté expériences à petite échelle pour tester la suppression des actualités australiennes de la recherche. Cela peut montrer que la menace de se retirer d’Australie est sérieuse, ou du moins sérieuse.

Les gens savent que les nouvelles sont importantes, qu’elles façonnent leurs interactions avec le monde, qu’elles leur donnent un sens et les aident à naviguer dans leur vie. Alors, qui blâmeraient les Australiens si Google et Facebook donnaient vraiment suite? Le gouvernement ou les géants sympathiques de la technologie qu’ils voient tous les jours? C’est plus difficile à savoir.

Pour plus de transparence, veuillez noter que The Conversation a également fait une soumission à l’enquête du Sénat concernant le Code de négociation obligatoire des médias d’information et des plateformes numériques.La conversation

Cet article est republié à partir de La conversation sous une licence Creative Commons. Lis le article original.

.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Le Chai Cave à vin LE CHAI PRO46E
    Présentez votre collection de bouteilles de vin comme il se doit avec la cave à vin LE CHAI PRO46E. Cet appareil de service les met en valeur tout en les conservant de manière optimale pour ne pas altérer leurs qualités gustatives. Une double zone pour une conservation adaptée à différents vins La cave à vin
  • pebbly Planche à pain 27 x 37 cm - Marron clair
    Planche à pain de Pebbly. Cette étagère est en bambou et possède une grille pour que les miettes ne se retrouvent pas sur le comptoir. La grille est facile à retirer et peut également être utilisée comme plateau de service sans la grille.