dans

‘Freaks’: des super-héros sans costumes dans un beau morceau de science-fiction débordant d’idées et de personnalité

Pendant une grande partie de ses séquences, «Freaks» (que vous pouvez voir dans Filmin) joue avec la confusion, et la vérité est que rien ne va pas. Est parfois une satire de la vie de banlieue, avec ses banlieues, ses familles parfaites et ses camions de glaces (Dans ces moments-là, il se souvient des moments les plus mémorables de ces formidables «psychonautes»). Parfois, cela ressemble au début d’une nouvelle franchise mutante de style Marvel. Parfois, un film d’horreur psychologique claustrophobe.

En fait, «Freaks» est un peu de tout cela, et le risque qu’il prend de ne rien expliquer jusqu’à ce que son dernier tronçon soit réglé avec un film énigmatique et amusant, capable de tourner encore et encore autour de la psyché fragmentée de son petit protagoniste sans laisser tomber l’intérêt. C’est une proposition qui puise dans le cinéma de super-héros, l’horreur indépendante et même dans des films d’enfants dotés de pouvoirs mentaux à la manière de Stephen King des années quatre-vingt, dans un amalgame où le meilleur est leur propre modestie.

Au début du film, nous rencontrons une fille, Chloé (grande Lexy Kolker, le moteur de tout le film) qui vit avec son père (Emile Hirsch) dans une maison à moitié en ruine, plus proche de l’un de ces terrifiants espaces de rêve d’un «Un cauchemar sur Elm Street» qu’une maison conventionnelle. Le père vit par et pour Chloé pour rester à l’intérieur, et en fait, la fille n’est jamais sortie, puisqu’elle est convaincue que si elle le fait, il y a des gens à l’extérieur qui essaieront de la tuer.

Mais pourquoi? Est-ce que tout ce que ton père dit à Chloé est vrai? Les sautes d’humeur et les contradictions entre leurs mensonges évidents sont de plus en plus fréquentes, et Chloé commence à soupçonner qu’il y a des secrets dans les pièces verrouillées de la maison. En outre, les escapades occasionnelles de la fille l’amènent à nouer une amitié troublante avec quelqu’un qui n’est pas celui qu’elle prétend être, un glacier (Bruce Dern) qui semble également en savoir plus qu’il ne vous en dit. Bientôt, la maison se transforme en prison et on ne sait pas si la menace est plus présente à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Prisonnière pour elle

Les réalisateurs et scénaristes du film, Zach Lipovsky et Adam B. Stein, expérimentés dans les courts métrages et de nombreux produits pour la télévision (notamment pour Disney, avec des téléfilms comme la version live-action de «  Kim Possible  ») Ils prennent l’option saine et originale d’avoir le spectateur dans l’obscurité absolue (et les personnages) pour les deux tiers du film. Et dans le dernier tiers, une avalanche de secrets révélés mais sans tomber dans la surexplication, justifiant le tout par de grandes séquences d’action dont la tension s’est accumulée tout au long du film.

Cette tension vient du besoin de réponses de la fille, mais aussi de l’ambiguïté de sa situation. Est-ce que ton père est celui qu’il dit être, pourquoi tant de chambres sont fermées? Il y a dans ce mystère quelque chose de «Bluebeard», le légendaire conte français qui Cela nous fait méfier des personnes qui empêchent leurs proches d’entrer en fonction des pièces. Et cet homme de la crème glacée? S’il n’est pas un tueur d’enfants, il n’a pas grand-chose à faire, mais il semble connaître des détails sur les pouvoirs uniques que Chloé commence à manifester.

Mais … de quoi parle tout ce super-héros? Ceux qui connaissent les significations les plus évidentes des histoires de mutants Marvel sauront ce que nous voulons dire: des personnes persécutées pour leur différence, des associations gouvernementales en perpétuelle surveillance (le film a des stries dystopiques très attractives, à travers des détails comme la propagande dans les rues ou les forces rigides de l’ordre), une toute-puissance incontrôlable … Tout cela sans costumes ni noms explosifs, bien sûr, mais l’idée est là bien claire .

«  Freaks  » est bien conscient de ses limites (le pouvoir du contrôle de l’esprit, donc bon marché à filmer), mais Elle expose ses idées si simplement et efficacement qu’il est impossible de ne pas la considérer avec sympathie. Les bonnes idées l’emportent sur le développement (les yeux qui saignent, la conversation au restaurant, le temps qui passe à des vitesses différentes, les voisins encombrants), et à la fin il y a des questions auxquelles il faut répondre, mais ce n’est pas grave. Cela pourrait être le début d’une formidable saga de parias avec des pouvoirs.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Un monde de héros - Yann Menez - Livre
    Science-Fiction - Occasion - Bon Etat - Couv marquée - Super Luxe - Poche - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • PUMA Chaussure Baskets RS-Fast, Blanc/Noir, Taille 44, Chaussures
    White/Black - Parfois, la mode respire la vitesse. Ces baskets inspirées de la science-fiction sont audacieuses et colorées, car leur côté nostalgique et design rétro annonce de meilleurs jours à venir. Entrez dans l'avenir avec un style sans précédent grâce au marquage audacieux et le graphisme incontournable des baskets
  • PUMA Chaussure Baskets RS-Fast, Noir/Rouge/Blanc, Taille 42.5, Chaussures
    White/Red Blast/Black - Parfois, la mode respire la vitesse. Ces baskets inspirées de la science-fiction sont audacieuses et colorées, car leur côté nostalgique et design rétro annonce de meilleurs jours à venir. Entrez dans l'avenir avec un style sans précédent grâce au marquage audacieux et le graphisme incontournable des baskets