in

Faites-nous confiance pour lutter contre les crimes haineux, les policiers LGBT exhortent la communauté

Avec quatre crimes haineux anti-LGBT + sur cinq non signalés, trois policiers queer exhortent les victimes à faire confiance au système et à faire part de leurs expériences.

Selon les nouveaux chiffres du Home Office, les niveaux globaux de crimes haineux ont dépassé 100 000 pour la première fois l’an dernier, le nombre le plus élevé depuis le début des registres. Les infractions homophobes ont bondi de 19% et la plus forte augmentation proportionnelle a été observée dans les crimes haineux transgenres, qui ont quadruplé entre 2014-2015 et 2019-2020.

Le résultat est que pas moins d’une personne LGBT + sur cinq (21%) a été victime d’un crime de haine au cours des 12 derniers mois – mais la grande majorité ne le signale pas à la police. Les jeunes sont particulièrement réticents, et beaucoup pensent que la police ne les prendrait pas au sérieux s’ils le faisaient.

Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité, insistent plusieurs policiers LGBT + qui ont expérimenté le système de l’intérieur.

«Si les gens savaient comment nous le contrôlons, ils comprendraient à quel point nous le prenons au sérieux», déclare Tara Addison, une policière bisexuelle dont le rôle précédent consistait à répondre à 999 appels.

«Dès qu’un crime de haine est enregistré, une unité spécialisée l’examine ainsi que l’officier. Vous avez donc l’officier qui enquête sur la question, puis elle doit être examinée non seulement par un sergent, mais par un inspecteur avant de pouvoir être classée de quelque manière que ce soit.

«Il est revu de manière très, très approfondie et très approfondie par différentes personnes de différents rangs.»

L’agent qui reçoit l’appel a également la possibilité de faire des recommandations spécifiques et communiquera souvent avec la victime pour offrir un soutien de suivi.

Tara admet que de nombreux facteurs mènent à une condamnation, et dans les affaires sans preuves, il peut être difficile d’obtenir à la victime la justice qu’elle mérite – « [but] ce ne sera pas parce que nous n’avons pas fait une enquête approfondie. »

Caspian Clunies-Ross, un gendarme trans gay, convient que la police «veut vraiment faire les choses correctement» – mais il comprend trop bien pourquoi plus de gens ne signalent pas.

«Vous devez constamment vous battre en tant que personne trans pour que votre identité soit considérée comme valide», dit-il. «Vous devez vous battre pour changer votre nom et obtenir un certificat de reconnaissance de genre et le bon passeport, et le processus par le NHS. C’est une bataille constante de dire: «C’est mon identité».

« Mais la police ne devrait pas ajouter à ce problème – et ceux que j’ai vus ne le font pas. »

Malheureusement, certains officiers le sont. Plusieurs victimes de crimes haineux ont déclaré à Stonewall qu’elles avaient été constamment méprisées et surnommées par la police, ont averti qu’elles avaient «provoqué» le crime et conseillé «d’être plus résilient».

«J’ai parlé, ils ont écouté, mais c’était leur attitude et j’ai eu l’impression que cela n’était pas pris au sérieux», a déclaré l’un d’eux. «J’ai senti que j’avais souffert deux fois: une fois une attaque physique et la seconde une attaque de l’État», a déclaré un autre.

Des expériences comme celles-ci expliquent pourquoi de nombreuses forces à travers le pays engagent des conseillers de liaison LGBT +, donnant aux gens la possibilité de parler à quelqu’un de leur propre communauté qui comprend leur situation.

Une augmentation de la confiance pourrait être l’une des raisons pour lesquelles davantage de crimes haineux sont maintenant signalés, suggère le commandant Clinton Blackburn, un officier gay du Met – mais il admet qu’il reste encore beaucoup à faire pour instaurer la confiance.

«Cela m’attriste toujours d’entendre que les gens sont nerveux à l’idée de se présenter à la police ou ont l’impression qu’il y a un manque de confiance», a-t-il déclaré.

« Je serais vraiment surpris de [getting a] réponse négative de la police et si c’est une perception, faites un acte de foi, avancez et essayez-nous. Nos employés sont hautement qualifiés et habitués à recevoir des plaintes.

« UNEcertes, nous aurons probablement du travail à faire dans différentes régions du pays », a-t-il poursuivi. «Mais nous tenons vraiment à le faire et à construire ces ponts. Nous sommes absolument passionnés de bien faire les choses avec toutes les communautés.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂