in

Faire fonctionner Linux de manière native sur Mac M1 est un défi, mais certains essaient déjà

Linus Torvalds adorerait avoir l’un des nouveaux Mac avec les puces M1 et Linux en cours d’exécution. Le problème est que Apple ne va pas faciliter les choses, et le créateur de ce système d’exploitation a déjà commenté qu’il n’a «aucun intérêt à se battre avec des entreprises qui ne veulent pas aider».

Torvalds n’est peut-être pas très à la hauteur, mais d’autres semblent l’être. Un projet appelé Asahi Linux précisément vise à pouvoir exécuter Linux de manière native sur Mac avec la puce M1, et les premiers succès ont déjà commencé à être obtenus. La route, cependant, est parsemée d’obstacles, et il ne semble pas qu’Apple fera grand-chose (ou rien) de sa part pour aider à les surmonter.

Foutus contrôleurs

Exécuter Linux sur des Mac plus récents avec les puces M1 ou leurs successeurs ne devrait pas être compliqué: ce système d’exploitation est le plus polyvalent jamais conçu et est capable de fonctionner sur pratiquement toutes les plates-formes et architectures existantes. Les puces ARM ne font pas exception, et en fait, il existe des distributions qui prennent en charge ce type de puce depuis 2000.

Bien que les puces M1 d’Apple utilisent cette architecture, il est difficile de fournir une prise en charge complète des distributions Linux. Ou des trucs, plutôt, parce que le problème réside dans les pilotes matériels qui permettent au système d’exploitation de profiter de ressources telles que la carte graphique intégrée, l’audio ou la connectivité WiFi et Bluetooth.

Greg Kroah-Harman, bras droit de Linus Torvalds et responsable du Linux Driver Project, a expliqué sur ZDNet comment les développeurs qui souhaitent exécuter Linux sur Mac M1s devront faire face à « beaucoup de travail essayer de comprendre comment fonctionne le matériel connecté au CPU (Contrôleurs) « .

En fait, exécuter Linux sur n’importe quel appareil est relativement facile et, comme Kroah-Harman l’a dit, «les gens le font constamment, mais généralement ils le font avec les spécifications du fonctionnement du matériel. Personne ici ne semble avoir les spécificationsil faudra donc beaucoup plus de temps pour y parvenir. « 

Le défi est certes complexe, mais le projet Asahi Linux a déjà porté ses fruits. Alyssa Rosenzweig, développeur expérimenté dans ce domaine – elle était en charge de la création d’une pile graphique Open Source pour les GPU Mali d’ARM – y travaille déjà, et a déjà fait des progrès au moment de pouvoir supporter le GPU intégré des puces M1 et que Linux dans ces ordinateurs peut l’utiliser.

Asahi Linux

Non seulement cela: un autre programmeur nommé Hector Martin —Qui a réussi à amener Linux sur la PS4— a également montré ces jours-ci comment faire démarrer Linux en natif sur Mac M1. Il a même diffusé un session fascinante de huit heures programmation dans laquelle il racontait comment il progressait dans ce défi.

Comme l’a expliqué Rosenzweig, l’un des problèmes réside dans la prise en charge de la puce graphique. « Bien que les appels système BSD / Linux standard existent dans macOS, ils ne sont pas utilisés pour les pilotes graphiques. » Au lieu d’autres manières spécifiques sont utilisées chez Apple qui rendent plus difficile l’exécution de Linux pour prendre en charge ces puces graphiques. Ce n’est pas impossible, bien sûr, mais cela pourrait prendre beaucoup de temps.

Le projet Asahi Linux bien sûr semble être sur la bonne voie lorsqu’il s’agit de résoudre ces problèmes. Martin, créateur du projet, a lancé une campagne Patreon pour soutenir financièrement le projet et compte déjà 1 260 mécènes. Nous verrons s’ils atteignent réellement l’objectif, ce qui pourrait bien sûr convaincre de nombreux utilisateurs et développeurs lorsqu’il s’agira de se retrouver avec l’une de ces équipes à l’avenir.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂