dans

Explosion à Beyrouth : ce que l’on sait à présent

1000

Les habitants de Beyrouth se sont réveillés sur une scène de dévastation totale mercredi, au lendemain d’une explosion massive dans le port qui a envoyé des ondes de choc à travers toute la capitale libanaise, tuant au moins 100 personnes et en blessant des milliers.

La fumée continuait à s’élever du port, où d’énormes monticules de grains jaillissaient des silos creusés. Les principales rues du centre-ville étaient jonchées de débris et de véhicules endommagés, et les façades des immeubles ont été soufflées. Un responsable de la Croix-Rouge libanaise a déclaré qu’au moins 100 personnes ont été tuées et plus de 4 000 blessées. Le responsable, George Kettaneh, a déclaré que le bilan pourrait encore s’alourdir.

Un bilan qui pourrait s’alourdir

Des dizaines de personnes sont portées disparues, et les proches supplient  sur les médias sociaux de les aider à retrouver leurs proches. Une page de l’Instagram intitulée « Locating Victims Beirut » a été créée avec des photos de personnes disparues, et des présentateurs radio ont lu les noms des personnes disparues ou blessées tout au long de la nuit. De nombreux résidents ont emménagé chez des amis ou des parents après que leur appartement ait été endommagé et ont soigné leurs propres blessures car les hôpitaux étaient débordés.

On ne sait pas exactement ce qui a provoqué l’explosion, qui semble avoir été déclenchée par un incendie et frappée avec la force d’un tremblement de terre. C’est l’explosion la plus puissante jamais vue dans la ville, qui était en première ligne de la guerre civile de 1975-1990 et a subi des conflits avec Israël voisin, des bombardements périodiques et des attaques terroristes. Le Liban était déjà sur le point de plonger au milieu d’une grave crise économique qui a déclenché des protestations de masse ces derniers mois.

A lire :  Beyrouth : chaos et désolation

Un pays au bord de la rupture

Ses hôpitaux sont confrontés à une augmentation des cas de coronavirus, et l’on craignait que le virus ne se propage encore plus du fait des surcharges dans les hôpitaux. Le Saint George University Hospital, l’un des principaux hôpitaux privés de Beyrouth qui recevait des patients atteints de COVID-19, a été mis hors service mercredi après avoir subi des dommages importants. Un médecin qui s’est identifié comme le Dr Emile a déclaré que 16 membres du personnel et patients, dont quatre infirmières, sont morts dans l’explosion. Il a refusé de donner son nom de famille par souci de confidentialité.

Le ministre de l’intérieur Mohammed Fahmi a déclaré à une chaîne de télévision locale qu’il semble que l’explosion ait été causée par la détonation de plus de 2 700 tonnes de nitrate d’ammonium qui avaient été stockées dans un entrepôt sur le quai depuis qu’il avait été confisqué à un cargo en 2014.

Le nitrate d’ammonium est un ingrédient courant des engrais, mais il peut aussi être hautement explosif. Il a été utilisé dans l’attentat d’Oklahoma City en 1995, lorsqu’un camion piégé contenant 2 180 kilogrammes d’engrais et de mazout a traversé un bâtiment fédéral, tuant 168 personnes et en blessant des centaines d’autres.

La thèse d’une attaque écartée

Il n’y a aucune preuve que l’explosion de Beyrouth était un attentat. Des vidéos ont montré ce qui ressemblait à un incendie qui avait éclaté juste avant, et les chaînes de télévision locales ont rapporté qu’un entrepôt de feux d’artifice était impliqué. L’incendie a semblé se propager à un bâtiment voisin, déclenchant l’explosion et envoyant un nuage en forme de champignon.Les forces de sécurité ont bouclé la zone portuaire mercredi, alors qu’un bulldozer est entré pour aider à dégager les débris. Un jeune homme a supplié les troupes de lui permettre d’entrer et de rechercher son père, qui a disparu depuis que l’explosion a eu lieu. Il a été dirigé vers un responsable du port qui a noté ses coordonnées.

A lire :  Grave maladie de Covid 19: la mère du chef de clan Abou-Chaker est décédée

Dans le quartier d’Achrafieh, à Beyrouth, durement touché, les agents de la défense civile et les soldats s’efforcent de retrouver les personnes disparues et de déblayer les décombres. Au moins un homme était encore coincé sous les pierres d’un vieux bâtiment qui s’était effondré. Des volontaires l’ont branché à une bouteille d’oxygène pour l’aider à respirer pendant que d’autres essayaient de libérer sa jambe.

L’explosion a détruit de nombreux immeubles d’habitation, laissant potentiellement un grand nombre de personnes sans abri, alors que de nombreux Libanais ont perdu leur emploi et vu leurs économies s’évaporer en raison d’une crise monétaire. L’explosion soulève également des inquiétudes sur la façon dont le Liban continuera à importer presque tous ses biens vitaux, son principal port étant dévasté.

  • ON BOARD Gants Moto On Board Artic Pro Noir-Orange Fluo L (10)
    De robustes gants d'hiver On Board !Il sont fabriqués en nylon-CORDURA® combiné avec du cuir de chèvre, ce qui crée des gants flexibles et très résistants à l'usure.Les gants ont une membrane HIPORA® coupe-vent et imperméable qui est également respirante. Ils sont également dotés d’une doublure Thinsulate de
  • Virbac Effipro Spot-On Chiens de 2 kg à 10 kg Contenance : 4 pipettes
    Une pipette innovante . La conception de la pipette d'EFFIPRO facilite l'administration du produit. Sa coque opaque anti-UV évite l'utilisation des emballages superflus. EFFIPRO se présente en boîte de 4 pipettes. Indications Traitement des...
  • Virbac Effipro Spot-On Chiens de 40 kg à 60 kg Contenance : 4 pipettes
    Une pipette innovante . La conception de la pipette d'EFFIPRO facilite l'administration du produit. Sa coque opaque anti-UV évite l'utilisation des emballages superflus. EFFIPRO se présente en boîte de 4 pipettes. Indications Traitement des...
Butcher

The Boys saison 2 : la bande-annonce officielle est là

Ham

Formule 1- GP d’Angleterre : Les infos à savoir avant la prochaine course de Silverstone