dans

Exclusif: L’auteur de ‘The Martian’ Andy Weir vise les stars avec le nouveau thriller de science-fiction ‘Project Hail Mary’

Andy Weir, auteur à succès du New York Times et connaisseur de la science autoproclamé, qui a décroché la médaille d’or avec son premier roman, « The Martian » (Crown, 2014), et sa suite centrée sur la lune « Artemis » (Crown, 2017), a une fois de plus glissé les liens hargneux de la Terre pour son nouveau thriller de premier contact, « Project Hail Mary » (Ballantine Books, 2021).

Ce voyage épique de découverte entourant un astronaute solitaire tentant de sauver la Terre d’une menace de niveau d’extinction mine des veines inexplorées de science-fiction et présente le style ultra détaillé et la narration imaginative de Weir.

L’intrigue trouve Ryland Grace, professeur de sciences au collège, comme le seul survivant d’une mission interstellaire de dernière chance dans le système Tau Ceti pour sauver la planète d’une mort glaciale. Il se réveille de l’hyper sommeil à bord du vaisseau Hail Mary souffrant d’une amnésie extrême. Grace ne peut même pas se souvenir de son propre nom ou de sa profession, encore moins pourquoi il est dans l’espace à des millions de kilomètres de chez lui avec deux cadavres morts depuis longtemps comme seuls compagnons.

Au fur et à mesure que sa mémoire refait surface, la réalisation de sa tâche désespérée est révélée. Laissé seul sur un petit vaisseau reconstitué par une assemblée internationale d’agences spatiales du monde entier, il doit utiliser son intelligence, son courage et son imagination pour contenir un scénario désastreux pour l’humanité. Avec un peu de chance et une rencontre improbable avec une espèce extraterrestre, Grace pourrait bien réussir.

En rapport: L’auteur Andy Weir propose le patch de la mission «  Project Hail Mary  » lors d’une visite virtuelle du livre

Projet Je vous salue Mary d’Andy Weir (Ballantine Books, 2021). 18 € chez Amazon
De l’auteur de « The Martian » vient une nouvelle aventure d’un astronaute solitaire avec pour mission de sauver la Terre d’une catastrophe dans l’espace.

Auteur à succès Andy Weir.

Auteur à succès Andy Weir. (Crédit d’image: Aubrie Pick)

« Project Hail Mary » a déjà été acheté par la MGM pour une adaptation cinématographique qui sera dirigée par Phil Lord et Chris Miller (« Le film Lego »), avec Ryan Gosling signé pour jouer le rôle de l’astronaute réticent Ryland Grace. Lord et Miller sont également attachés au roman de câpres du crime lunaire de Weir, « Artemis ».

45secondes.fr s’est entretenu avec Weir sur la genèse de cette odyssée interstellaire, abandonnant le terrier du lapin pour des recherches approfondies, maîtrisant les données scientifiques plus nerd du récit et devenant producteur de la prochaine adaptation cinématographique hollywoodienne liée à l’implication de Gosling. Ce Q&A a été légèrement modifié pour plus de longueur et de clarté.

45secondes.fr: Pouvez-vous vous lancer dans une course rapide de l’intrigue « Project Hail Mary » et de la principale menace qui propulse l’histoire?

Andy Weir: L’intrigue est présentée comme un gars qui se réveille à bord d’un vaisseau spatial. Il a une idée de qui il est et pourquoi il est là, et à travers une série de flashbacks alors qu’il récupère sa mémoire, vous découvrez ce qui se passe sur Terre. Fondamentalement, le soleil s’assombrit et il y a un organisme microscopique unicellulaire qui est une forme de vie interstellaire qui vit à la surface des étoiles. Il se reproduit puis spore vers d’autres étoiles proches. La reproduction est incontrôlable et nous avons essentiellement une prolifération d’algues au soleil. Maintenant, ces petites créatures consomment tellement d’énergie solaire que la Terre est en danger d’extinction car la production solaire diminue.

Cet organisme qu’ils appellent astrophage, qui signifie en grec «une chose qui mange des étoiles». Alors ils le multiplient et l’utilisent comme carburant pour la propulsion. Et la raison pour laquelle ils font cela, c’est qu’ils remarquent que toutes les autres étoiles régionales s’assombrissent, à l’exception de Tau Ceti. Pour une raison que personne ne comprend, Tau Ceti n’est pas affecté, ils doivent donc comprendre ce qui le rend immunisé et comment peuvent-ils le reproduire pour sauver l’humanité. Ils fabriquent donc un vaisseau interstellaire appelé Je vous salue Marie et l’alimentent avec un astrophage et envoient des gens dans l’espace.

(Crédit d’image: Ballantine Books)

45secondes.fr: J’ai l’impression que vous vous êtes beaucoup amusé à écrire « Project Hail Mary ». En quoi l’évolution et le processus étaient-ils différents de la composition de « The Martian » ou « Artemis »?

Seuil: Habituellement, quand j’écris un livre, cela vient de moi qui spécule sur quelque chose de scientifique. « The Martian » est venu de moi spéculant sur comment pourrions-nous faire une mission d’humains sur Mars et comment pouvons-nous nous assurer qu’ils ne meurent pas si quelque chose ne va pas, et que faire si un tas de choses tournent mal. « Artemis » a commencé avec moi en spéculant sur ce à quoi ressemblera la première ville de l’humanité qui n’est pas sur Terre. Sera-t-il en orbite terrestre basse, sur la lune ou sur Mars? Ensuite, j’ai fini par concevoir la ville d’Artémis, en déterminant pourquoi quelqu’un y construirait une ville, à quoi ressemble l’économie et à quoi ressemblent les affaires.

Pour « Project Hail Mary », j’écrivais un livre différent entre « The Martian » et « Artemis » appelé « Zhek ». J’ai écrit près de 70 000 mots au cours d’une année, puis j’ai réalisé que le livre ne fonctionnait tout simplement pas. C’était nul. Les intrigues ne se réunissaient pas. Les personnages n’étaient pas intéressants.

Alors j’ai abandonné et je l’ai rétroéclairé. Mais je n’arrêtais pas de penser qu’il y avait des aspects intéressants de l’histoire que je ne devrais pas simplement jeter. L’un d’eux était cette notion de carburant pour engin spatial qui avait l’impulsion spécifique maximale possible, qui est l’efficacité du carburant d’un vaisseau spatial. Et ce truc a la meilleure impulsion spécifique théorique. Pour pouvoir transformer la matière en lumière et ensuite tirer cette lumière à l’arrière de votre vaisseau pour l’utiliser comme propulsion, car la lumière a de l’élan. Nous parlons donc de quantités d’énergie monumentales.

Je pensais à toutes les choses intéressantes que vous pourriez faire avec cette technologie et à l’histoire qui allait devenir «Project Hail Mary». En outre, l’un des personnages principaux de « Zhek » était une femme qui avait cette énorme autorité secrète. Elle pouvait dire aux gouvernements quoi faire, mais personne ne le savait. Je l’ai emmenée et je l’ai également apportée dans « Je vous salue Marie ». Ça faisait du bien. Une fois que j’ai rassemblé toutes les pièces, vous pouvez simplement lancer l’intrigue et prendre plaisir à l’écrire. De plus, c’est un livre sur l’amitié, donc ça fait du bien et un dialogue humoristique.

45secondes.fr: Jusqu’où êtes-vous descendu dans le terrier du lapin en recherchant ce roman?

Seuil: Je suis descendu dans ce terrier de lapin! Je garde tout aussi réel que possible. Je veux dire, nous avons une vie extraterrestre, mais même cela j’ai une explication. Toute la physique et la science y sont réelles, y compris la physique relativiste. Comme le navire sur lequel il se trouve, il est arrivé à Tau Ceti en environ 13 ans du point de vue de la Terre, mais seulement environ quatre ans du point de vue de l’équipage en raison de la dilatation du temps. Tous ces trucs sont très amusants pour un con comme moi.

J’ai également expliqué comment un organisme pouvait vivre à la surface d’une étoile, comment emmagasiner de l’énergie, et pouvez-vous transformer l’énergie en masse et la retourner? C’est donc de là que vient la physique ondulée à la main. J’ai inventé des trucs de physique quantique que nous n’avons pas encore découverts. Cette forme de vie, l’astrophage, évolue pour tirer parti de cette bizarrerie qui lui permet de transformer l’énergie thermique en neutrinos et lui permet de stocker des neutrinos, ce que tout physicien des particules dit être fonctionnellement impossible.

45secondes.fr: Comment équilibrez-vous la science ultra-détaillée pour les lecteurs geek et un public général peu familiarisé avec les aspects plus techniques?

Seuil: C’est une chose délicate à faire. J’aime vraiment la vraie science et j’en suis enthousiaste et excité et je veux que le lecteur ressente la même chose. Je vais finir avec ces intrigues où vous devez connaître une certaine quantité de cette science pour comprendre l’intrigue du tout. Je sais que je dois expliquer beaucoup de choses sur la science au lecteur et rien de plus. J’adorerais parler de science toute la journée, mais le lecteur ne le veut pas. Quand je fais mes recherches, je n’utiliserai qu’un infime pourcentage de tout ce que je trouve et des calculs que je fais.

J’ai couru tous les nombres pour l’astrophage. J’ai compris exactement la quantité d’énergie dont il avait besoin pour survivre aux distances interstellaires. J’ai calculé la quantité d’énergie perdue à cause du rayonnement du corps noir. J’ai descendu le terrier du lapin. Beaucoup de trucs amusants comme ça. Je n’essaye pas d’éduquer qui que ce soit sur quoi que ce soit. J’ai juste l’impression qu’il y a beaucoup d’histoires inexplorées et de potentiel d’intrigue à raconter dans la vraie science. Ce que j’ai trouvé, c’est que les lecteurs vous pardonneront toute exposition si c’est drôle. Si vous les faites rire pendant que vous leur expliquez, ils sont d’accord.

45secondes.fr: Ryan Gosling est attaché à la vedette dans l’adaptation du long métrage de MGM de «Project Hail Mary». Quelles ont été vos réactions au casting et serez-vous impliqué dans la production?

Seuil: Ouais, je suis assez excité par ça, évidemment. MGM m’a acheté les droits carrément, sans option, ce qui signifie généralement que le studio prend les choses au sérieux. Même ce qui pour moi est une énorme somme d’argent, pour un studio, c’est une misère. Et nous avons Drew Goddard qui travaille sur le scénario, et c’est lui qui a écrit le scénario nominé aux Oscars pour «The Martian».

Je suis également enthousiasmé par Ryan. Il est plutôt content et nous avons parlé au téléphone à quelques reprises et il est ravi de pouvoir jouer un personnage qui a réellement une personnalité. Il est souvent placé dans ces rôles où son travail consiste à regarder tristement par la fenêtre. Mais celui-ci, il arrive à être proactif, peut-être un peu incertain, plus qu’une simple personne calme où il lui est fondamentalement dit de ne pas exprimer d’émotion ou de personnalité de quelque nature que ce soit.

Je suis convaincu que ce sera un bon film s’il obtient le feu vert, mais on ne sait jamais si une maison de production va vraiment y arriver. Vous devez être chanceux et bon. Je suis heureux d’aider avec le scénario comme je l’ai fait avec « The Martian » pour des informations générales et des questions techniques. Je ne sais pas si Drew a encore commencé le script. C’est un gars vraiment occupé.

De plus, je suis producteur sur ce projet et la principale chose que cela implique pour moi est que je devienne un front-end dégoûtant. On a dit à tous ceux qui enchérissaient sur le livre que c’était ce que je voulais et MGM m’a dit: « Nous ne faisons pas ça pour les écrivains, mais nous le faisons pour les producteurs, alors pourquoi ne pas être producteur? » Donc, en ce qui concerne les vrais producteurs, j’essaie juste de rester à l’écart des vrais producteurs.

Le « Project Hail Mary » d’Andy Weir est maintenant disponible chez Ballantine Books.

Suivez-nous sur Twitter @Spacedotcom et sur Facebook.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂