in

« Evangelion 3.0 + 1.0 »: L’art de laisser le passé derrière (Revue)

Cela fait 26 ans que « Neon Genesis Evangelion » est sorti à la télévision japonaise et chaque nouvelle génération de téléspectateurs face à ses 26 épisodes continue de se demander « Qu’est-ce que je viens de voir et pourquoi ai-je l’impression que ce n’est pas assez? » Raison suffisante pour Hideaki Anno, son créateur, de poursuivre l’exploration de ses personnages dans divers films.

Après la sortie de « Death and Rebirth » et « The End of Evangelion » à la fin des années 90, Anno reviendra sur sa création en 2007 avec le premier volet de « Rebuild of Evangelion », une tétralogie dans laquelle il présente une sorte de reboot à sa franchise bien-aimée et qui, après huit ans d’attente, sort enfin son dernier opus au public. Celui qui a mis un terme satisfaisant au voyage émotionnel mouvementé que le spectateur a partagé toutes ces années avec Shinji Ikari.

Vous pourriez aussi être intéressé par: « The Suicide Squad » : La violence démente de James Gunn (Revue)

« Evangelion 3.0 + 1.0: Thrice Upon A Time » est un film dans lequel Hideaki Anno rassemble les meilleurs éléments visuels qui ont été présentés dans cette dernière saga, élevant l’échelle de ses batailles à des niveaux inimaginables, et bien que la charge de Judeo- Le symbolisme chrétien continue d’être présent, aussi déroutants soient-ils, ils ne détournent pas l’attention du vrai message de l’histoire : il est temps de grandir.

De la même manière qu’il l’a fait avec sa série originale, l’angoisse de Shinji Ikari (à nouveau magistralement interprétée par Megumi Ogata) est à nouveau un leurre émotionnel qui, au lieu de refléter l’angoisse existentielle de son créateur (et de son public) est désormais le véhicule de son changement, sortant le personnage de son « sommeil éternel » pour laisser place à son évolution finale en invitant (directement ou non) ses fans à faire de même.

Anno reprend le combat de l’organisation Wille contre Nerv, dont le chef, Gendo Ikari, est déterminé à poursuivre son plan pour faire l’Impact Final et ainsi compléter le Plan d’Instrumentation Humaine de Seele, qui à ce stade n’a plus d’importance si leur véritable les identités doivent ou non être révélées au-delà de leurs mystérieux monolithes.

Ce serait dans les préparatifs de cette bataille finale où l’on constate qu’après une série d’événements qui changent complètement le point de vue de son protagoniste, Shinji souhaite maintenant retourner dans le cockpit de l’EVA 01 et affronter directement celui qui est présenté comme l’antagoniste de l’histoire : Gendo, son père.

Contrairement au reste des opus de la tétralogie, « Evangelion 3.0 + 1.0 » profite des deux heures et demie de sa durée pour développer chacun de ses arcs narratifs et que ceux-ci soient clairement conclus. Même son premier tiers prend la liberté de présenter une période d’accalmie dans laquelle il est établi comment l’humanité s’est adaptée au cours des 14 années entre les deuxième et troisième versements.

Il y a une énorme différence entre « You Can (Not) Redo » et « Thrice Upon A Time ». Hideaki Anno a construit le troisième volet de sa saga comme un cauchemar impitoyable rempli de solitude et de désespoir face à l’avenir à venir. Mais ce dernier volet est présenté comme l’antithèse de la fin présentée dans « The End of Evangelion ».

Vous pourriez aussi être intéressé par: « Old » est une renaissance dans le récit de M. Night Shyamalan (Review)

Bien qu’il possède des images grotesquement dérangeantes, Hideaki Anno a construit une histoire qui présente un élément qui a toujours été manifestement absent du reste de la franchise « Evangelion »: Hope. Après une bataille finale qui dépasse ce que l’on considère comme « le quatrième mur de la fiction », Anno conclut son histoire avec l’espoir d’avoir construit un scénario favorable pour ses personnages, sachant qu’ils s’en sortiront bien sans lui.

Il est difficile d’imaginer que ce film est le dernier que nous verrons de l’une des franchises d’anime les plus rentables de tous les temps, mais étant donné qu’il s’agit d’un produit issu de la propre dépression de Hideaki Anno, dites au revoir à « Evangelion » d’une manière si optimiste et façon éclairante serait l’un des événements les plus culturels de ces dernières années. Au revoir Shinji, et merci d’avoir repris l’EVA une fois de plus.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂