censure chine porno

Beurk ! Effet pervers – Censure – Chine – Vidéo Porno

Lecture 2 min. Morale, droit, liberté d’expression… trois mots (concepts) intéressants à utiliser pour une chronique traitant de la Chine….

censure chine porno

Avant d’aller plus avant pour donner du sens au titre de cette chronique, nous voudrions vous inviter, si le sujet de la pornographie vous intéresse, à écouter (podcast) l’émission des Chemins de la Philosophie (France Culture) : Faut-il interdire la pornographie ?

L’introduction de cette émission, sera la notre :

À partir du 18ème siècle, la pornographie prend une définition morale : elle vise à exciter celui qui la regarde. C’est pourquoi depuis elle est perçue comme négative.

Mais elle n’est pas seulement l’œuvre des pornographes, elle est aussi une création du droit. Cette catégorie juridique a des conséquences considérables sur la façon dont nous produisons, consommons et percevons les représentations sexuelles.

La question de la pornographie engendre finalement une réflexion sur la liberté d’expression et le pouvoir des images…


Morale, droit, liberté d’expression… trois mots (concepts) intéressants à utiliser pour une chronique traitant de la Chine….

En Chine donc, les institutions exercent une des censures les plus strictes au monde sur les contenus à caractère pornographique. Tout ce qui touche le sexe est interdit : manger une banane de façon suggestive, les petits Gif animés qui nous font sourire. Les Chinois – qui ont pourtant, il y a très très longtemps, conçu une sexologie dont les occidentaux d’aujourd’hui feraient bien de s’inspirer – sont devenus de prudes moutons grâce au Parti Communiste qui les préserve de la décadence occidentale.

Bien évidemment, la censure ne peut empêcher que sur certains réseaux parallèles quelques vidéos ou messages ne s’échangent sous le manteau… Mais ce que nous révèlent certains médias en cette année 2019 – placée sous le signe du Cochon – est édifiant. Comme partout ailleurs, il existe en Chine des App mobile permettant de revendre des produits digitaux (Amazon, Le Bon Coin…). L’une de ces App – Xianyu (propriété d’Alibaba) – a vu apparaître un nouveau genre de produit digital d’occasion : des vidéos d’examens gynécologiques (oui vous avez bien lu…). Selon le Beijin News ces vidéos étaient initialement mises à disposition des étudiants en médecine pour parfaire leur formation.


Capture d’écran de l’App Xianyu

Revendues sur Xianyu 1,5$ l’unité, certaines d’entre-elles contenaient de temps en temps de véritables scènes érotiques, sorte de cadeau-bonus. Mais ne téléchargez pas l’App, elle est censée, selon son porte-parole, avoir été nettoyée de toutes vidéos indésirables.

Pour conclure, cette petite réflexion : la pornographie d’hier étant l’érotisme d’aujourd’hui… que retenir de cette chronique ?

1+

Nous rejoindre