effet nocebo hypocondriaque

L’effet Nocébo, chronique à ne pas lire si vous êtes hypocondriaque

Lecture 2 min. Vous êtes hypocondriaque et pourtant vous utilisez régulièrement une application pour traquer le moindre symptôme ? Attention à l’effet Nocébo.

effet nocebo hypocondriaque

Maintenant que les tests ADN sont à portée de clic, chacun peut, en recevant les résultats d’un test, se découvrir génétiquement à risque de pathologies telles que cancer, Alzheimer, diabète. Cette démocratisation du ‘savoir’ associé à l’effet Nocébo est extrêmement préoccupante.

Nocébo, le frère nocif de Placébo

L’effet nocébo est l’alter-égo néfaste de l’effet placébo. Du latin « je nuirai », il est de nature psychologique. Vous consommez un médicament ‘neutre’ et vous vous sentez mieux, merci Placébo. Vous consommez le même produit ‘neutre’ et vous vous sentez mal, c’est à cause de Nocébo.

Santé connectée et effet Nocébo

50% des nord-américains utilisent de manière régulière ou épisodique des trackers médicaux : montres, bracelets et autres appareils connectés. Ils suivent l’apparition et l’évolution de certains symptômes grâce notamment aux App Mobile spécialisées dans l’auto-surveillance. Et ils ont raison, s’ils sont diabétiques, hypertendus, la santé connectée est un apport positif.

Mais (il y a toujours un mais), attention à l’effet Nocébo… Différentes études (Stanford, Edmenton, Université Utah…) nous révèlent :

  • que nous pouvons devenir addict à cette auto-surveillance,
  • que cette auto-surveillance peut dégénérer en crise d’anxiété,
  • que notre corps (i.e. physiologie) peut réagir de telle façon qu’à l’annonce d’un risque génétique, nous commençons à en présenter les symptômes même si le risque est de fait inexistant (lors d’un test des personnes auxquelles des chercheurs ont fait croire qu’elles avaient un risque génétique d’obésité se sont mises à manger bien plus que d’habitude et à être moins résistantes à l’effort physique).

Nous ne dormons jamais chaque jour autant qu’il le faudrait selon notre Apple Watch. Rater une nuit peut nous conduire à mal dormir la suivante car nous nous couchons anxieux du résultat que nous fournira notre tracker.

Avoir mal ici, un bobo là ne signifie pas être malade, simplement le corps ne fonctionne pas toujours aussi idéalement que les trackers et les applications de monitoring le voudraient.

L’effet Nocébo vient en contradiction avec la pensée commune que “ce n’est pas en cassant le thermomètre que l’on fait retomber la fièvre”.

Au prix d’une Apple/Google/Samsung Watch ou d’un tracker Fitbit, nous vous conseillons de ne pas casser votre outil de surveillance, simplement de ne pas surestimer l’intérêt de ces outils. Surtout si vous êtes en bonne santé comme le Malade Imaginaire de Molière.

0

Nous rejoindre