jeudi, mai 23, 2024
AccueilSérie TV / FilmDialogues d'exilés, un film d'un autre temps pour la société d'aujourd'hui

Dialogues d’exilés, un film d’un autre temps pour la société d’aujourd’hui

FICUNAM

Ce film franco-chilien de 1975 réalisé par Raúl Ruiz a été projeté au FICUNAM dans le cadre de la section Rétrospective Raúl Ruiz.

Elie Léonard Salazar

Dialogues exilés, un film de Raúl Ruiz qui a été projeté au FICUNAM.  (Photo : MUBI)Dialogues exilés, un film de Raúl Ruiz qui a été projeté au FICUNAM. (Photo : MUBI)Elie Léonard Salazar

Si vous recherchez sur Google ce film et cherchez comment il a été reçu l’année de sa sortie, vous constaterez qu’il a été sévèrement critiqué pour avoir été perçu comme une parodie des exilés chiliens après le coup d’État d’Augusto Pinochet contre le gouvernement salvadorien d’Allende. Il y avait ceux qui l’appelaient même la propagande de Pinochet.

Ce n’était peut-être pas un film pour cette époque et c’était pour la nôtre. On peut dire qu’il a bien vieilli, ou que Ruiz était en avance sur son temps. Permettez-moi de partager cela à la fin de la fonction dans la salle José Revueltas du Centre Culturel Universitaire, par exemple, un couple a commencé à le commenter dès le générique de fin. Ils ont beaucoup aimé tous les deux. C’est elle qui a prononcé une opinion énergique : « C’est ce que nous vivons en ce moment. » Et vous avez raison.

De nombreuses personnes ont dû quitter leur pays d’origine pour diverses raisons. Plusieurs d’entre nous ont rencontré l’une de ces personnes, entendu son témoignage ou, à défaut, nous avons été l’une d’entre elles. Comment pouvez-vous vivre dans un pays étranger après avoir fui le chaos, la peur et l’incertitude qui règnent dans le vôtre ? Peu importe, mais c’est mieux quand c’est fait en compagnie de compatriotes. C’est l’un des traits que montre Ruiz, ayant comme excuse le complot de l’enlèvement d’un chanteur andin aux mains d’exilés chiliens à Paris et qu’ils entendent éduquer pour son manque de conscience politique.

Dans les premières séquences du film, on voit un Algérien qui essaie de deviner la nationalité d’un Chilien sans avoir aucune idée de l’existence de l’Amérique latine, un groupe de Chiliens se parlant en français du fait de l’habitude d’utiliser la langue gauloise, un diplomate s’exprimant en français sans permettre à un Chilien en visite de s’exprimer. Toutes ces vignettes reflètent le déni de l’origine, de la langue et de la raison pour laquelle un exilé vit, soit par sa propre décision, soit à cause du traitement qu’il subit des autres. Cela nous semble familier ? Ce déni supposé ou imposé nous identifie dans le traitement que les Mexicains reçoivent aux États-Unis et dans le traitement que les Mexicains réservent aux Centraméricains qui entrent dans notre pays.

Les dialogues que les exilés de Ruiz entretiennent et qui les ont gênés en leur temps, sont aujourd’hui si actuels et universels que quelle que soit la langue ils sont la même langue parmi des milliers de citoyens du monde. Certes, au Mexique, nous n’avons pas subi de coup d’État (et nous ne le voulons pas), mais nous savons ce que c’est que de vivre sans liberté pour jouir de la tranquillité en conséquence de la violence qui nous gouverne au-dessus de toute autorité. Si vous pouvez échapper à ses tentacules dans un autre pays, allez-y. Celui qui le décide, malheureusement, ne sera pas le premier ni le dernier à le faire tant que durera son imposition.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. ?

Top Infos

Coups de cœur