dans

Des astronautes en voyage dans l’espace s’attaquent à la modernisation d’un laboratoire européen à la station spatiale

Deux astronautes en voyage dans l’espace se sont affrontés et ont corrigé de nombreux problèmes techniques lors d’une sortie dans l’espace bien remplie mercredi (27 janvier), mais n’ont pas pu terminer la mise à niveau d’une plate-forme scientifique européenne sur le Station spatiale internationale (ISS).

Les astronautes de la NASA Mike Hopkins et Victor Glover ont passé près de sept heures marche dans l’espace à l’extérieur de la gare travailler sur la plateforme scientifique externe Bartolomeo sur le module Columbus de l’Agence spatiale européenne. Alors que les astronautes ont réussi à surmonter la plupart de leurs problèmes, ils n’ont pas pu activer la plate-forme Bartolomeo elle-même car l’un des trois câbles a refusé de se connecter.

En travaillant avec des équipes spatiales et terrestres, Glover et Hopkins ont réussi à surmonter de nombreux autres problèmes. Ceux-ci comprenaient plusieurs câbles rigides, une antenne initialement insensible et deux dispositifs collants appelés H-fixtures. Les équipes ont également rencontré, mais ont surmonté, de rares problèmes de communication avec les astronautes pendant les opérations du bras robotique du Canadarm2.

Avant que les astronautes ne rentrent à l’intérieur, la NASA a rapporté qu’une nouvelle antenne de données à grande vitesse installée par les astronautes « fonctionnait comme il se doit ». Ce fut une victoire majeure pour les équipes spatiales et terrestres après avoir surmonté plusieurs tentatives infructueuses d’allumer les radiateurs pendant la sortie dans l’espace, pour soutenir les opérations de l’antenne.

Histoire de la NASA: 22,99 € chez Magazines Direct

Découvrez comment et pourquoi la NASA a été créée, ses plus grands triomphes, ses jours les plus sombres et les moments où elle a dépassé tous les espoirs possibles. Une histoire d’aventures, d’héroïsme et de débrouillardise, découvrez les plus grandes réalisations de l’agence spatiale et comment – en six décennies – l’organisation s’est constamment et inlassablement consacrée à son principe fondateur: « les activités dans l’espace doivent être consacrées à des fins pacifiques pour le bénéfice de toute l’humanité « . Voir l’offre

Image 1 sur 4

L'astronaute Victor Glover chevauche le bras robotique Canadarm2 à l'extérieur de la Station spatiale internationale tandis que son coéquipier Michael Hopkins de la NASA travaille à proximité lors d'une sortie dans l'espace le 27 janvier 2021.

L’astronaute Victor Glover chevauche le bras robotique Canadarm2 à l’extérieur de la Station spatiale internationale tandis que son coéquipier Michael Hopkins de la NASA travaille à proximité lors d’une sortie dans l’espace le 27 janvier 2021. (Crédit d’image: NASA TV)
Image 2 sur 4

L'astronaute Victor Glover jette un couvercle d'antenne dans l'espace pour l'élimination tout en montant un bras robotique à l'extérieur de la Station spatiale internationale lors d'une sortie dans l'espace le 27 janvier 2021.

L’astronaute Victor Glover jette un couvercle d’antenne dans l’espace pour l’élimination tout en montant un bras robotique à l’extérieur de la Station spatiale internationale lors d’une sortie dans l’espace le 27 janvier 2021. (Crédit d’image: NASA TV)
Image 3 sur 4

L'astronaute Victor Glover chevauche le bras robotique Canadarm2 à l'extérieur de la Station spatiale internationale tandis que son coéquipier Michael Hopkins de la NASA travaille à proximité lors d'une sortie dans l'espace le 27 janvier 2021.

L’astronaute Victor Glover chevauche le bras robotique Canadarm2 à l’extérieur de la Station spatiale internationale tandis que son coéquipier Michael Hopkins de la NASA travaille à proximité lors d’une sortie dans l’espace le 27 janvier 2021. (Crédit d’image: NASA TV)
Image 4 sur 4

Vue du vaisseau spatial Crew-1 Crew Dragon de SpaceX (à droite) amarré à la Station spatiale internationale.  Le vaisseau spatial a transporté quatre astronautes de l'Expédition 64 à la station en novembre, dont Victor Glover et Michael Hopkins de la NASA, qui ont fait une sortie dans l'espace le 27 janvier 2021.

Vue du vaisseau spatial Crew-1 Crew Dragon de SpaceX (à droite) amarré à la Station spatiale internationale. Le vaisseau spatial a transporté quatre astronautes de l’Expédition 64 à la station en novembre, dont Victor Glover et Michael Hopkins de la NASA, qui ont fait une sortie dans l’espace le 27 janvier 2021. (Crédit d’image: NASA TV)

Première sortie dans l’espace d’un astronaute

La journée a commencé tranquillement lorsque Hopkins et Glover, tous deux de l’Expédition 64, sont passés à la batterie de la combinaison spatiale à l’intérieur du sas Quest à 6h28 HNE (11h28 GMT). Leurs grands objectifs lors de la sortie dans l’espace étaient d’installer l’antenne à grande vitesse et de connecter les câbles de la plate-forme scientifique externe Bartolomeo au module Columbus de l’Agence spatiale européenne. Ils prévoyaient également de préparer la station spatiale pour des mises à niveau électriques essentielles.

A lire :  Les sons de Mars: le rover Perseverance de la NASA mettra des oreilles sur la planète rouge pour la première fois

Hopkins, un vétéran de l’Expédition 36/37 lors de sa troisième excursion à l’extérieur de la station spatiale, s’est rendu à Columbus en utilisant des attaches et des poignées. Les premières minutes d’activité extravéhiculaire de Glover ont été spectaculaires, alors que l’astronaute est monté à bord du bras robotique Canadarm2 pour se rendre à Columbus, sous le contrôle de l’astronaute de la NASA Kate Rubins à l’intérieur de l’ISS.

« Hé, Mike, » dit Glover avec désinvolture pendant son trajet, alors qu’il s’approchait de son coéquipier perché sur Columbus.

Hopkins leva rapidement les yeux. «C’est une belle vue», dit-il.

« Ouais, » dit Glover, poursuivant son voyage.

Problèmes de câble

La première tâche majeure des astronautes a été d’installer un nouveau câble de données haut débit en bande Ka sur Columbus afin que les astronautes et les chercheurs aient accès à une connexion haut débit avec les installations scientifiques européennes sur le terrain. Les problèmes ont commencé presque immédiatement lorsque Hopkins et Glover ont eu du mal avec quatre boulons qu’ils devaient retirer de Columbus pour installer le câble en toute sécurité.

Les astronautes, en conversation avec Mission Control, ont essayé différentes approches pour visser et dévisser les boulons, ce qui, selon la NASA, avait « une certaine résistance » à être enlevé – une situation assez courante dans l’espace, où le métal se dilate et se contracte considérablement sous de grandes variations de température. Finalement, les astronautes se sont fixés en toute sécurité dans l’antenne Columbus en bande Ka (ColKa) et ont vérifié qu’elle était fermement en place.

« EV2 ne voit aucun mouvement », a déclaré Glover à Houston à propos de l’antenne nouvellement installée, se référant à sa désignation de « EV2 » ou deuxième marcheur de l’espace. Hopkins était EV1, portant des rayures rouges sur sa combinaison spatiale afin que les vues de la caméra orbitale puissent facilement distinguer les deux astronautes.

Quelques minutes après que les astronautes se soient déplacés vers le poste de travail suivant, la NASA a découvert que ColKa ne répondait pas aux commandes d’allumer les radiateurs. Hopkins a fait marche arrière pour une solution classique familière à tout utilisateur d’ordinateurs confronté à des problèmes de câbles – «démanteler et remettre en service», ou débrancher et rebrancher, les deux câbles reliant ColKa à Columbua. Les radiateurs d’antenne ne répondant toujours pas, la NASA a appelé le Centre européen de contrôle des opérations de l’ESA à Cologne, en Allemagne, pour discuter de solutions.

A lire :  Cold War se réchauffe sur la lune dans la bande-annonce de la saison 2 de `` For All Mankind '' pour Apple TV +

Ce fut une longue conversation NASA-ESA alors que Glover et Hopkins découvraient également un deuxième problème, quelques minutes plus tard. Les câbles pour activer la plate-forme scientifique externe Bartolomeo étaient rigides, ce qui est un problème courant dans des conditions de microgravité froide, et ont refusé de se bloquer complètement. Les membres de l’équipage ont pu «amarrer en douceur» les câbles Columbus, mais n’ont pas pu sécuriser la connexion comme prévu. Une connexion ferme a nécessité d’abaisser complètement les leviers sur chacun des trois câbles, et l’équipage a signalé que les câbles ne descendaient qu’à mi-chemin.

L’astronaute Victor Glover chevauche le bras robotique Canadarm2 à l’extérieur de la Station spatiale internationale tandis que son coéquipier Michael Hopkins de la NASA travaille à proximité lors d’une sortie dans l’espace le 27 janvier 2021. (Crédit d’image: NASA TV)

Bartolomeo toujours en bas

Après près d’une heure de discussion interinstitutions, alors que la sortie dans l’espace approchait des trois heures, l’astronaute de l’ESA Andreas Mogensen – chargé d’entraîner les astronautes dans leurs tâches depuis Houston – a transmis par radio un nouvel ensemble d’instructions de Mission Control.

Hopkins et Glover ont enlevé un couvercle ColKa inutile dans une autre tentative pour faire fonctionner les radiateurs. Ensuite, Hopkins a attrapé des attaches métalliques pour forcer au moins certains des câbles Bartolomeo à se fermer. Grâce aux efforts de Hopkins, deux des trois câbles sont connectés et transmettent la puissance et les données comme prévu, mais le troisième n’a pas pu être connecté et est temporairement plafonné et rangé en toute sécurité, a déclaré la NASA dans des mises à jour pendant la diffusion.

Le problème signifie que Bartolomeo n’est « pas encore fonctionnel » en raison des problèmes de câble, a ajouté la NASA, mais les responsables de l’agence spatiale continueront les discussions après la sortie dans l’espace. La prochaine occasion de résoudre le problème est une sortie dans l’espace prévue le lundi (1er février).

Un couvercle d’antenne à la mer (exprès)

Alors que Hopkins affrontait les câbles Bartolomeo, Glover a sauté sur le Canadarm2 pour larguer la couverture ColKa inutile. Il s’agissait d’une procédure planifiée également entachée de problèmes de communication temporaires avec Glover. La voix de Glover se brisait, mais Rubins – qui contrôlait le Canadarm2 – pouvait transmettre ses communications à Glover sans problème.

Mogensen, relayant le consensus du contrôle de mission, a déclaré qu’il y avait probablement quelque chose sur la station bloquant physiquement le signal vocal. Rubins a été autorisé à déplacer Glover en place pour jeter le couvercle loin de la station spatiale, une opération diffusée en direct par la NASA par vidéo.

Alors que la couverture de ColKa s’est envolée, la NASA a rapporté que les radiateurs d’antenne récalcitrants étaient enfin en vie. L’antenne améliorée devrait offrir des vitesses rapides allant jusqu’à 50 mégabits par seconde pour la liaison descendante et jusqu’à deux mégabits pour la liaison montante, selon ESA, une connexion suffisamment saine pour diffuser facilement des vidéos.

A lire :  L'astrophysicien Joe Pesce est de retour - Cette fois, en vidéo!

Cinq heures après le début de la sortie dans l’espace, les astronautes – qui avaient passé la plupart de leur temps à l’extérieur à résoudre les imprévus – ont commencé à plaisanter sur la prise d’une pause collation et la consommation de bacon, ce qui est techniquement impossible étant donné qu’ils étaient tous enfermés dans une combinaison spatiale.

«C’est définitivement l’heure du goûter», a déclaré un astronaute pendant la conversation, l’autre ajoutant: «J’aurais pensé que Rubins aurait des collations dans le sas pour ce genre d’événement.

«Nous aurons des collations pour vous plus tard,» rassura Rubin Glover et Hopkins.

Mais les astronautes ont maintenu leur énergie, même sans bacon, tout en réussissant à surmonter un autre petit problème au niveau de la poutre P6. Les montages en H (appareils à grappin) sur lesquels ils ont travaillé se sont avérés plus difficiles que prévu à enlever. Une fois cette tâche accomplie, les emplacements nouvellement ouverts ouvriront la voie à une mise à niveau de l’alimentation de l’ISS.

Le complexe orbital obtiendra finalement six nouveaux panneaux solaires cela augmentera la puissance de 20 à 30%, ce qui aidera la station à se concentrer de plus en plus sur les opportunités commerciales et de recherche. Les astronautes ont également passé plusieurs années mise à niveau des batteries nickel-hydrogène existantes à des batteries lithium-ion plus puissantes, une tâche de quatre ans que Hopkins et Glover devraient terminer leur deuxième sortie dans l’espace lundi (1er février)

La NASA a même autorisé une tâche «aller de l’avant» lors de la sortie dans l’espace de mercredi, se référant à un élément habituellement mis en place lorsque les astronautes sont bien en avance sur le calendrier. Glover s’est préparé à retirer et à remplacer ce que la NASA pensait être une «broche de pip» cassée à l’intérieur du sas de l’équipage, faisant suite à un précédent rapport d’équipage lors d’une sortie dans l’espace en juillet 2020. Cependant, après avoir inspecté la broche de près, les équipes au sol et Glover ont déterminé que la broche semblait bien fonctionner. Glover a donc laissé de côté la tâche de remplacement.

La sortie dans l’espace de mercredi était la 233e sortie dans l’espace à l’appui de la maintenance, des opérations et des mises à niveau de la station, selon l’émission en direct de la NASA Television. L’équipe de soutien de Mission Control comprenait également CapCom Drew Feustel, un astronaute canado-américain de la NASA.

La sortie dans l’espace de Glover était la première pour un Afro-américain depuis L’EVA de l’astronaute de la NASA Alvin Drew sur la mission de navette spatiale STS-133 le 28 février 2011. Le premier Afro-Américain à marcher dans l’espace était l’astronaute de la NASA Bernard Harris le 3 février 1995, lors de la STS-63.

Glover vole également le première mission ISS de longue durée pour un Afro-américain, marquant une étape importante attendue depuis longtemps dans les plus de 20 ans d’opérations continues de la station spatiale. Son séjour prévu de six mois devrait facilement éclipser le dernier record afro-américain de 42 jours cumulés dans l’espace, établi par l’astronaute de la NASA Stephanie Wilson à travers trois missions de station spatiale: STS-121, STS-120 et STS-131.

Suivez Elizabeth Howell sur Twitter @howellspace. Suivez nous sur Twitter @Spacedotcom et sur Facebook.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • MRoc Part Dieu 1, 3 ou 5 session(s) de yoga à l'espace MRoc Part Dieu
    Escapade détente visant à se libérer l’esprit et évacuer les tensions quotidiennes grâce au yoga
  • CS Conseil en Image Coaching beauté d'1h à l'espace CS Conseil en Image
    Coaching et conseil en image par une professionnelle expérimentée dans le domaine
  • Les Bains d'Or Spa Accès de 2h à l'espace détente, hammam, sauna, piscine chauffée pour 1 ou 2 personnes aux Bains d'Or Spa
    Un rituel spa comprenant plusieurs prestations, pour un moment de détente en solo ou en duo dans un établissement situé à Saint-Cyr-sur-Mer