in

Critique: Dungeons & Dragons: Dark Alliance (PS5) – Hack-and-Slash sans honte à l’ancienne

Pensez à Dark Alliance en termes de jeu et votre esprit revient probablement à Baldur’s Gate, récemment réédité localement, le looter : (oui !) Dark Alliance. Vous seriez pardonné de supposer que Dungeons & Dragons: Dark Alliance – en fait Dark Alliance 3, nous supposons – conserverait son originalité et son accessibilité au multijoueur sur canapé. Bizarrement, cependant, le jeu a été livré sans. En ligne uniquement est à l’ordre du jour ici, bien que l’écran partagé à deux joueurs doive apparemment être corrigé en même temps que la première mise à jour majeure du jeu. Encore plus malheureusement, nous avons trouvé que l’option Quickplay – nous permettant de sauter directement dans une quête – est sans fonction ou que la population du jeu est tout simplement stérile. Ni l’un ni l’autre n’est vraiment idéal, d’autant plus que nous avons commencé à jouer à Dark Alliance pour examen sur journée de lancement. Nous avons pu créer un peu fastidieux un lobby personnalisé pour jouer avec des amis, mais nous avons rencontré plusieurs déconnexions et problèmes de décalage.

Donc, compte tenu de nos problèmes avec le matchmaking en ligne et du fait que nous n’obtenons que l’écran partagé sur une promesse, nos premières impressions sur Dark Alliance étaient un peu décevantes. Heureusement, il s’avère que même en jouant en solo, le jeu est une bonne partie du bon vieux jeu amusant. Notre première réalisation fut qu’il nous rappelait plutôt le classique Le Seigneur des Anneaux : Le Retour du Roi tie-in pour PS2, avec son gameplay hack-and-slash à la troisième personne, son système de combo et sa parade chronométrée. En choisissant entre quatre héros D&D différents – l’elfe drow Drizzt, l’archer humain Catti-Brie, le barbare Wulfgar et le nain étonnamment agile Bruenor Battlehammer – vous vous mettrez au travail en préparant toutes sortes de gobelins et un bestiaire rempli de créatures D&D. Les personnages se sentent distinctement différents même au début, mais il faudra quelques niveaux de nouvelles compétences jusqu’à ce qu’ils commencent vraiment à se démarquer.

Les commandes sont simples : les attaques légères et lourdes sont respectivement sur R1 et R2, avec le bouton X vous permettant de sauter et Circle engageant une esquive rapide et réactive qui est très satisfaisante pour travailler dans votre approche une fois que vous avez compris les faiblesses de chaque personnage. Vous pouvez également bloquer et parer avec un dernier coup de L1, ce qui ajoute de la profondeur et de l’habileté à la procédure. La part du lion du gameplay est, bien sûr, le combat hack-and-slash, mais il y a une touche de plate-forme et de verticalité dans les cartes pour offrir une variété basée sur l’acrobatie. Il y a aussi un accent agréable sur les secrets – de manière rafraîchissante, avec des murs cassables et une exploration récompensant le joueur avec un butin sournoisement caché.

Bien sûr, le butin est le principal attrait ici, mais nous avons trouvé que c’est là que le jeu a un peu chuté – ce n’est tout simplement pas intéressant. Il fait le travail – vos statistiques volonté augmenter progressivement – mais comme un tirage pour vous faire jouer et rejouer, nous pensons que c’est un peu décevant. Vendre votre butin indésirable est également une corvée à l’heure actuelle, sans aucun moyen de marquer le butin comme « indésirable », puis de le vendre automatiquement, ce qui signifie que vous devrez parcourir chaque pièce individuellement. Les compétences sur lesquelles vous dépenserez vos points d’exploit sont beaucoup plus intéressantes, acquises grâce au nivellement traditionnel – elles vous permettent d’adapter vos personnages à votre style de jeu, en débloquant de nouveaux mouvements et capacités qui ouvrent le jeu plutôt bien. Vous obtiendrez également des points d’attribut traditionnels pour une amélioration plus progressive des dégâts, de la défense et des HP.

Le gameplay instantané est très amusant, avec un large choix de paramètres de difficulté rendant le jeu aussi difficile ou viable que vous le souhaitez ; même le jeu en solo est divertissant, bien que ce ne soit clairement pas la manière prévue de profiter de Dark Alliance. Les 21 niveaux ont une durée d’environ 15 à 60 minutes, donc une session ne va jamais trop monopoliser votre temps. Le combat est agréable, même si certains peuvent trouver son apparente rigidité un peu déroutante. Les personnages sont déterminés à attaquer les animations à la Monster Hunter, mais les techniques de pas rapide et d’évasion signifient que vous ne vous sentirez pas immobile. Quelque chose que nous avons trouvé un peu difficile à ajuster est l’absence d’un « accrochage » aux ennemis – si vous êtes attaqué par derrière, vous ne pourrez pas simplement tenir le bâton vers l’ennemi et l’attaquer, vous besoin de se retourner et de leur faire face. Cela semble évident, oui, mais dans la pratique, vous serez surpris de voir à quel point il est étrange de ne pas avoir cette option.

Visuellement, tout est plutôt agréable sur la PlayStation 5, fonctionnant à ce qui ressemble à 60 images par seconde verrouillées. Les lieux semblent tous très fantastiques et les créatures que vous rencontrerez sont convenablement horribles. Nous avons apprécié l’échelle de certaines arènes de combat, mais dans l’ensemble, c’est essentiellement aussi bon qu’il doit en avoir l’air. Ce n’est pas une pièce maîtresse mais ce n’est pas moche Soit. Effectivement, c’est un jeu PS4 attrayant qui fonctionne bien, et nous avons personnellement trouvé que l’expérience n’était pas sensiblement « boguée » – nous ne mentionnons cela que car nous avons vu une couverture ailleurs notant que Dark Alliance est buggé, mais ce n’était tout simplement pas notre expérience. Soit on a de la chance, soit c’est déjà patché !

Conclusion

Dark Alliance est un jeu qui semble destiné à être oublié, ce qui est dommage car il y a beaucoup de plaisir à l’ancienne à la PS2. Une fois l’écran partagé corrigé, nous pouvons nous voir y revenir régulièrement afin de revivre ces jours de coopération sur canapé d’autrefois, bien que le jeu soit également agréable en solo si vous choisissez judicieusement votre niveau de difficulté. Ce n’est rien pour mettre le feu au monde, mais c’est un retour parfaitement agréable aux classiques hack-and-slash d’exploration de donjons qui fonctionneront d’autant plus pour vous si vous avez un groupe d’amis qui aspirent à remonter le temps à un expérience plus simple. Les futures mises à jour de contenu ne feront qu’améliorer Dark Alliance et nous vous invitons à essayer par vous-même.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. ?