in

COVID «  amplifie  » les inégalités auxquelles sont confrontés les Noirs queer, selon une étude

Les Noirs LGBT + vivent au croisement du racisme et de l’homophobie. (Getty / Hollie Adams)

La pandémie de COVID-19 exerce une pression énorme sur les ménages queer noirs alors que des décennies de discrimination aggravent l’insécurité économique, selon une nouvelle étude inquiétante.

Le rapport publié par le Movement Advancement Project (MAP) identifie les communautés américaines qui souffrent le plus du COVID-19, notant que les ménages LGBT + étaient confrontés de manière disproportionnée au travail, à l’école, à l’éducation des enfants, aux soins de santé, à l’insécurité financière et à l’isolement social.

En particulier, les personnes LGBT + noires et latines sont confrontées à des niveaux d’insécurité financière nettement plus élevés, avec un choc choquant de 95% des ménages noirs queer et 70% des ménages queer Latinx connaissant au moins un grave problème financier depuis le début de la pandémie.

Et plus de la moitié des ménages LGBT + noirs n’ont pas pu obtenir de soins médicaux ou ont retardé les services médicaux en raison de la tension économique de la pandémie.

«La pandémie a perturbé la vie de nous tous. Pourtant, certaines communautés ont été les plus touchées: les Noirs et les Latinx, les personnes à faible revenu et, comme le montrent ces nouvelles données, les personnes LGBT + », a déclaré Ineke Mushovic, directrice générale de MAP.

«Des décennies de discrimination au travail, dans les soins de santé et au-delà, combinées à des protections juridiques inégales à travers le pays, rendent les personnes LGBT + plus vulnérables à l’instabilité et à l’insécurité liées à la pandémie, avec un impact encore plus dévastateur sur les personnes LGBT + de couleur.

La longue histoire de discrimination raciale aux États-Unis contribue à de nombreux problèmes, mais la disparité est également observée dans la communauté LGBT + au sens large, les personnes queer de tous horizons faisant face à des défis accrus par rapport à la population hétéro.

Par exemple, les ménages LGBT + sont deux fois plus susceptibles de ne pas pouvoir obtenir les soins médicaux nécessaires et quatre fois plus susceptibles de souffrir de la faim.

Près des deux tiers (64 pour cent) des personnes LGBT + et leurs familles ont subi une perte ou une interruption de leur emploi, contre un peu moins de la moitié (45 pour cent) des ménages non-LGBT +.

29% avaient de graves problèmes de connexion Internet pour le travail ou les devoirs à la maison, contre 17% des familles non LGBT +. Et un quart n’ont pas pu accéder aux médicaments sur ordonnance ou ont connu un retard, contre seulement 8% des hétéros.

«Il est clair que le COVID-19 a amplifié et exacerbé les disparités qui existaient avant la pandémie», a conclu Logan Casey, chercheur en politiques au MAP.

«Les personnes LGBT + étaient plus susceptibles de lutter contre la stabilité économique et d’avoir des difficultés d’accès aux soins de santé avant le COVID, et c’est encore plus vrai maintenant.

«Le patchwork existant de protections juridiques est insuffisant, c’est pourquoi nous avons besoin d’une loi nationale comme la loi sur l’égalité afin que les personnes LGBTQ de chaque communauté soient protégées contre la discrimination.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂