dans

Comment les «Skims» de Kim Kardashian sont devenus les sous-vêtements officiels de l’équipe américaine

La vraie première famille d’Amérique, les Kardashian, l’ont encore fait.

Les « Skims » de Kim Kardashian seront des sous-vêtements, des vêtements de détente et des pyjamas officiels pour les athlètes féminines américaines aux Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo.

Kardashian a annoncé la nouvelle sur les réseaux sociaux avec des photos de Team USA portant la dernière collection d’articles aux tons neutres de la marque de shapewear.

Bien que plus rien ne devrait nous surprendre quant à la capacité des Kardashian à se réinventer et à pénétrer toutes les industries imaginables, la famille continue de dépasser les attentes, que cela nous plaise ou non.

Comment les « Skims » de Kim Kardashian sont devenus les sous-vêtements officiels de la Team USA.

Selon son annonce, c’est Team USA qui a fait le premier pas en invitant « Skims » à rejoindre l’équipe. Et bien que le nom Kardashian ne soit pas exactement synonyme de patriotisme et de fierté nationale, le partenariat n’est pas mauvais pour une femme qui est constamment ridiculisée pour son manque d’intelligence et de talent.

Kardashian et sa maman scrupuleuse, Kris Jenner, ont certainement résisté aux blagues sur leur crédibilité et leurs mérites mais, au final, leur éthique de travail fait continuellement ses preuves.

« Skims » n’est que l’une des nombreuses entreprises de plusieurs millions de dollars appartenant à la famille de femmes PDG la plus avisée que le monde ait jamais vue.

Mais à quel point Kardashian et « Skims » sont-ils dignes de sa place sur les vêtements de certaines des athlètes féminines les plus talentueuses des États-Unis ?

« Skims » a une histoire controversée au Japon.

La marque de shapewear milliardaire de Kardashian a une histoire controversée qui n’en fait peut-être pas la meilleure exportation, en particulier au Japon.

Si vous vous en souvenez, « Skims » a initialement été lancé sous le nom de « Kimono » en 2019, avant que des accusations d’appropriation culturelle ne poussent Kardashian à repenser le nom.

À l’époque, Kardashian a été fortement critiquée pour avoir créé une ligne de sous-vêtements sous un mot qui se traduit par « vêtements » et est utilisé pour désigner les vêtements traditionnels japonais.

En s’appropriant le mot, Kardashian s’est engagé dans la tradition très américaine d’effacement culturel pour les Japonais et les Japonais-Américains.

Kardashian a rapidement rectifié la situation en changeant le nom de son entreprise, mais l’ironie restera alors qu’elle emmène la marque au Japon pour l’été.

‘Skims’ n’est pas produit aux États-Unis

Ensuite, il y a le problème que « Skims » n’est pas exactement une marque entièrement américaine.

Bien que la marque ait refusé de préciser le lieu exact de fabrication, de nombreux articles «Skims» portent la marque «Made In China» et «Made In Turkey».

Kardashian a également exprimé son espoir de créer une usine dans sa maison ancestrale d’Arménie, bien qu’elle n’ait pas dit si elle avait l’intention ou non d’y produire des « Skims ».

Bien sûr, avant qu’il n’y ait « Skims », Nike a fourni des articles comme des soutiens-gorge de sport et des shorts en spandex aux Olympiens de fabricants basés principalement en Asie.

Ralph Lauren, qui a conçu les looks de cérémonie d’ouverture et de clôture de l’équipe depuis 2008, est également principalement produit en dehors des États-Unis.

Avec ou sans Kardashian, Team USA se présente régulièrement à des concours d’articles qui exploitent la main-d’œuvre étrangère bon marché et offrent des avantages limités à l’économie américaine, alors peut-être qu’elle est la personne idéale après tout.

Kim Kardashian est-elle le meilleur visage de l’Amérique ?

Peut-être que le plus grand point d’interrogation sur l’aptitude de «Skim» à fournir des vêtements à Team USA provient d’opinions contradictoires sur Kardashian elle-même.

Les Kardashian sont devenus un raccourci pour tout ce qui ne va pas avec la culture américaine moderne et celle des célébrités.

La famille est critiquée comme étant fausse, superficielle, obsédée par elle-même et « une bande de bimbos narcissiques sans talent en état de mort cérébrale ».

Pourtant, dans tout ce contre quoi leurs ennemis font rage, il y a quelque chose d’inné et indéniablement américain chez les Kardashian. Ils sont le capitalisme sous forme humaine ; leur histoire à succès a consisté à se vendre encore et encore.

Leur omniprésence a le pouvoir de s’infiltrer dans tout, des cycles d’actualités sur les célébrités à la réforme de la justice pénale, et maintenant aux Jeux olympiques.

L’Amérique et les Kardashian ne sont rien si ce n’est dominatrices et impossibles à ignorer.

Si le rêve américain est avant tout la poursuite de la prospérité et du succès, alors personne ne le vit mieux que Kim Kardashian.

Alice Kelly est une écrivaine vivant à Brooklyn, New York. Attrapez-la en train de couvrir tout ce qui concerne la justice sociale, les actualités et le divertissement. Suivre son Twitter pour plus.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂