in

C’était le pire du cinéma mexicain en 2021

On peut considérer qu’il est facile de dresser une telle liste. Et dans une certaine mesure, car il sera toujours plus facile de trouver plus de négatifs que de positifs dans un film. C’est pourquoi il est nécessaire de le voir plusieurs fois pour corroborer s’il est effectivement aussi mauvais ou bon qu’il a été perçu la première fois et pour clarifier ou clarifier les doutes.

Dans ce cas, les titres qui apparaissent dans la liste ont été vus deux fois, en plus d’être commentés par ceux qui les ont vus. Le résultat de tels exercices était la coïncidence des opinions qui les place parmi les moins fortunés de l’année.

Les vilains canetons (par Mauricio Chernovetzky)

Il faisait partie de la sélection officielle du Festival Macabro 2021. Le principe est d’aller retrouver la tête perdue de Pancho Villa après avoir été décapitée. Jusqu’à présent, nous pouvons dire qu’il s’intègre parfaitement avec Macabro, mais le film est superflu face à une telle prémisse dans la tentative de faire un western étrange qui en fin de compte ressemble plus à une expérience Jodorowsky qu’à un hybride fantastique-horreur.

L’histoire est centrée sur trois frères d’âge moyen qui n’ont jamais quitté leur ranch à Chihuahua jusqu’à ce qu’ils osent quitter la terre pour partir à la recherche de leur grand-père, Doroteo Arango, ou plutôt de sa tête. L’idée n’est pas mauvaise, mais l’exécution l’est.

L’Idole (par Erwin Neumaier)

Encore une comédie qui sort en salles. L’idée est bonne, même les intrigues secondaires qu’elle touche (comme la relation père-fille), mais c’est précisément le genre choisi qui est l’un de ses principaux défauts. Elle est racontée à travers des bouts libres qui laissent la résolution de ce qui arrive à l’humour, de sorte que l’histoire n’a pas fini de cailler et est perçue comme une saturation de situations cocasses.

Il s’agit d’un jeune compositeur qui rencontre son idole, un musicien en déclin à qui il décide de céder le droit à ses oeuvres afin qu’il puisse triompher à nouveau comme il l’a fait avant. Cette prémisse aurait pu être jouée sous un autre angle que l’abus pour faire rire.

Amalgama (par Carlos Cuarón)

Il y a quelque chose dans la dentisterie qui est l’une des professions les moins cinématographiques qui existent. Pour exemple, ce film. Comme si cela ne suffisait pas, il le prouve avec une prémisse non fantaisiste : des dentistes qui assistent à un congrès sur la Riviera Maya et déchaînent leurs conflits internes.

Les dentistes aux prises avec des problèmes existentiels sont les vedettes de cette histoire. Depuis le Morelia International Festival 2020, l’édition qui était exposée pour la première fois, ce titre a laissé un mauvais goût dans la bouche. Contre toute attente, il est sorti cette année en salles. Cependant, il l’a fait en même temps que Spider-Way: Pas de maison, West Side Story Oui Maison Gucci. Bref, il ne les a pas tous emmenés avec lui.

L’exorcisme de Carmen Farías (par Rodrigo Fiallega)

Rien de plus usé dans le cinéma d’horreur d’aujourd’hui que la question des exorcismes. Pire encore, c’est lorsque ce thème est utilisé pour tromper le public. Et c’est ce qui rend ce film faux au début. Un exorcisme en tant que tel n’a jamais lieu. A partir de là, ça ne va nulle part.

L’histoire est basée sur un journaliste qui hérite d’une maison, un lieu où se dérouleront des phénomènes paranormaux. Comme ça ou plus cliché ? Eh bien, il y a plus de clichés de genre utilisés de force car ils ne contribuent pas en tant qu’éléments narratifs. En fait, le script n’a pas de cours fixe.

Le serveur (par Raúl Martínez)

On tombe ici sur la comédie typique conçue pour atteindre les salles dans le seul objectif de générer du box-office. Rien de plus. Cela ne veut pas dire que l’effort de Vadhir Derbez, Bárbara López et Guillermo Villegas dans sa tentative de soutenir un film plein de sujets et avec un scénario qui est tenu précisément par les acteurs en raison de la faiblesse de l’intrigue.

C’est l’histoire d’un garçon qui travaille comme serveur et aspire à avoir le même style de vie que les clients qu’il sert. C’est une intrigue ambitieuse qui privilégie la facilité de tout laisser à un coup de chance au milieu d’une réalité qui est loin de ce qu’implique réellement le métier de serveur.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂