dans

Certains essaient de connecter une GTX 1080 à un Raspberry Pi juste pour le plaisir.

Les Raspberry Pi sont de merveilleux mini-PC, mais ils sont aussi modestes et limités. C’est du moins ce à quoi cela ressemble jusqu’à ce que quelqu’un vienne essayer de repousser les limites de la technologie et de faire des choses qu’un appareil ne pourrait théoriquement jamais faire.

C’est ce que tente Jeff Geerling, qui essaie depuis longtemps de comprendre comment connectez des cartes graphiques comme la GTX 1080 à un module de calcul Raspberry Pi 4. Pour le moment, il ne réussit pas, mais son effort est unique et il y a certaines options qu’il finira par réussir.

Les cartes graphiques ne fonctionnent pas pour le moment, mais d’autres cartes PCIe le font

Geerling a constaté que le module de calcul Raspberry Pi 4 dispose d’un emplacement accessible pour les cartes PCIe, et bien que cette option est limitée à une interface 1x d’une voie PCIe (lorsque les cartes graphiques sont généralement connectées à des slots 16x), il est théoriquement possible d’en profiter pour connecter une carte graphique à ce petit miniPC.

Pourquoi, demandez-vous? Selon Geerling, l’idée serait, par exemple, de profiter de son pouvoir jeux, rendu, CUDA ou même extraction de crypto-monnaie.

Le fait est que ce développeur – et il n’est pas le seul – s’est mis au travail et a essayé de connecter plusieurs cartes graphiques depuis un certain temps en profitant de ce connecteur PCIe. Le dernier n’était rien de moins qu’une GTX 1080.

Pour ce faire, il tente de tirer parti des pilotes NVIDIA, à la fois des propriétaires et de cet effort Open Source appelé NouveauBien qu’il fasse de petits progrès, il n’a pas encore réussi à faire fonctionner correctement une carte graphique externe dans le petit Raspberry Pi Compute Module 4.

Cela ne veut pas dire que je ne l’obtiendrai pas, et certainement en l’essayant qu’il ne rentre pas: Geerling n’a pas seulement testé diverses cartes graphiques, mais aussi d’autres types de périphériques PCIe tels que les cartes USB, les adaptateurs M.2 NVMe ou les cartes réseau, et a réussi à tirer parti de certains d’entre eux.

Cet effort parvient à créer une base de données intéressante avec ces périphériques qui ont su le faire fonctionner et qu’ils proposent donc de nouvelles façons de profiter du Raspberry Pi, un produit que nous pensions plus limité mais que l’attention, il s’avère qu’il peut donner plus de jeu (et jamais mieux dit) qu’il n’y paraissait.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂