dimanche, juillet 21, 2024
AccueilSérie TV / FilmBill Hader : "Le surréalisme chez Barry est une manière d'entrer dans...

Bill Hader : « Le surréalisme chez Barry est une manière d’entrer dans la tête des personnages »

La quatrième saison de la série HBO, Barrycréé et mettant en vedette Bill Hader près de alecberg, ouvre ce dimanche 16 avril. Les fans de la série peuvent suivre les aventures du tueur à gages également en ligne via HBO Maxafin de ne pas manquer un seul détail de l’intrigue.

Dans cette nouvelle saison, l’histoire se déroule après Barry être arrêté et Cousineau être considéré comme un héros. Malgré l’arrestation du personnage principal, l’intrigue se poursuit et plonge dans le voyage d’un Barry de plus en plus usé dont la rédemption semble de plus en plus insaisissable.

Bill, la série a-t-elle répondu à vos attentes ?

Bill Hader : Si tu sais? Vous ne savez pas vraiment jusqu’à ce que vous éditiez, que vous disiez : « Pourquoi ai-je écrit ça ? Nous n’en avons pas besoin » (rires). Arrive tout le temps. Il se réorganise constamment. Ce matin, j’ai parlé à mon éditeur en pensant « pour cette partie de l’épisode 7… je suppose que nous n’en avons plus besoin » et vous l’avez déjà vu. J’y pense encore.

Que signifie Barry pour Gene, Henry ?

Henri Winkler : Gène c’est un narcissique qui ne permet pas aux gens de se connecter avec lui. Il est tellement déconnecté que ses relations… Il ne les traverse même pas… Avec Barry trouve quelqu’un dans le besoin ce qui le pousse à s’ouvrir et lui permet de rencontrer la police, Détective Mousse, et lui permet d’avoir un lien avec une femme différente. Alors, Barry il l’enlève Alors, par nature humaine, continuez à chercher le salut. Mais je vais vous dire qu’un moment émouvant pour moi a été la dernière prise de la saison – elle n’a pas été tournée dans l’ordre – la dernière prise était de nuit, dans les montagnes et Facture m’a embrassé et a dit: « Merci d’être un si bon collaborateur ». Ça m’a presque fait pleurer.

Stephen, l’apparence de Gene est celle qui brise la dynamique entre Barry et Monroe Fuches. Où diriez-vous que cette relation se situe dans cette saison et quel est le but de votre personnage ?

Stephen Racine : Tout ce qui Monroe fait depuis qu’il a rencontré Barry en tant qu’enfant, il s’agit de l’aimer. Et son défaut en tant que personnage, en tant qu’oncle, en tant qu’homme, c’est qu’il est motivé par la vengeance. Il est endommagé dans ce sens. Mais au fond, Fuchés aimera toujours Barryreviendra toujours « Comment pouvons-nous améliorer cela ». Je ne pense pas qu’il ait un objectif en lui-même, je pense que sa progression naturelle cette saison est qu’il arrive enfin à l’endroit où il sait qu’il n’est pas une bonne personne et qu’il est d’accord avec ça, ce qu’il n’était pas avant. Maintenant, il a accepté qu’il n’est pas une bonne personne et il pourra vivre d’une manière plus simple parce qu’il a reconnu ce qu’il est. Je ne pense pas qu’il ait un objectif au-delà du fait qu’il fera ce qu’il fait.

Je suis très content de la manière Facture structuré cette saison et avec la façon dont les gens changent tout au long de la série. Je pense que les scripts de la série étaient toujours beaux et complexes. C’est un plaisir en tant qu’acteur de pouvoir jouer les différents aspects de ce qu’il a décidé de faire avec ce personnage.

Anthony, comment était-ce de jouer à NoHo Hank au cours de ces quatre saisons ?

Anthony Carrigan : Je pense que ce qui est génial, c’est qu’au fil des saisons, avec écheveau c’est qu’il est un personnage innocent, poli et doux, mais vous voyez aussi des côtés où il devient conscient de lui-même, où il réalise l’obscurité du monde dans lequel il vit. Et c’est une autre chose qu’un gars aussi gentil soit le chef d’une organisation criminelle. Si tu veux faire une omelette il faut casser des oeufs et il me semble que écheveau Il n’aime pas casser quoi que ce soit donc c’est là que réside le problème.

Les luttes internes de Sally sont très différentes les unes des autres, de sa quête de gloire à son passé de victime de violence sexiste. Comment en avez-vous discuté avec Bill pour les façonner à la fois sur la page et devant la caméra ?

Sarah Goldberg : La grande chose à propos sortie est que c’est vraiment un défi d’acteur. Cela lui arrive beaucoup dans sa vie et en cela j’ai la performance du personnage dans le personnage avec ses rôles sur scène et ses séries. Honnêtement, c’est excitant, le rêve de tout acteur car il n’y a pas deux jours qui se ressemblent, pas deux scènes qui se ressemblent. Nous essayons toujours de garder tout authentique, même lorsque le ton devient bizarre ou la comédie plus épaisse, gardez-le ancré dans la réalité et trouvez toujours pourquoi quelqu’un se comporte comme il le fait ; si vous pouvez justifier cela, vous pouvez passer à autre chose, même si c’est totalement ignoble, de leur point de vue, vous pouvez continuer comme ils en sont arrivés là. Je pense que c’était à ce sujet, pour le connecter à la réalité au-delà de la folie de toutes les situations.

Que diriez-vous que les éléments surréalistes apportent à la série, comme ceux que nous avons vus dans « Ronnie/Lily » ou l’épisode de la moto ?

BH : C’est une façon d’entrer dans la tête des personnages. C’est surprenant. La plupart des éléments surréalistes de la série ont tendance à provenir du fait que nous structurons quelque chose de très étroitement, comme l’épisode « Ronnie/Lily ». Nous le structurons comme, « D’accord, Barry il doit tuer ce type et nous savons que ça va mal tourner. Mais comment ça tourne mal… comment ça tourne mal ? ». Et puis, franchement, je me suis ennuyé et tu commences à ajouter des trucs bizarres pour te divertir. « Ça a l’air amusant ». Et puis, vous le montrez aux autres, ils aiment certaines parties, d’autres non… C’est une étrange combinaison de structure et d’intuition à propos de quelque chose.

CA : Eh bien, je pense que c’est intéressant… C’est quelque chose que les séries ne font généralement pas très bien. La plupart du temps, cela fonctionne quand ils font des épisodes isolés qui s’éloignent trop de l’intrigue mais pour une raison quelconque, Bill et Alec (Berg) et toute la série a réussi à réussir ces épisodes d’une manière où ils déviaient de leur cap mais aussi connectaient tout ensemble. Je pense qu’en tant que public, cela vous garde sur vos gardes et vous n’avez aucune idée de ce que vous regardez en les regardant. Combien de fois avons-nous cette expérience en tant que téléspectateurs, où nous ne savons vraiment pas ce qui va se passer ? En ce sens je pense Barry c’est un cadeau. Je suis un grand fan (rires).

SG : Eh bien, je pense qu’ils lui donnent une toute autre dimension. Cela tient le public en haleine et permet à son imagination de se déchaîner. C’est incroyable ce que la série emballe en termes de gamme tonale. Si vous le résumiez en une seule idée, vous diriez probablement que cela ne fonctionne pas. Pourtant, d’une manière ou d’une autre, ils ont réussi à s’en sortir. Je suis attiré par le travail surréaliste, je pense que cela ajoute un autre élément à la psyché des personnages que vous ne pouvez pas faire si vous faites quelque chose de naturaliste. J’ai toujours apprécié cette cape, surtout quand on parle de la façon dont l’esprit de Barry et comment sont leurs désirs délirants, comment cela contraste profondément avec leur réalité. Je pense que c’est un outil très efficace.

NoHo Hank est l’un des meilleurs personnages de la série. Pensez-vous qu’il est possible de voir un spin-off ? Comment il serait?

CA : Tout d’abord merci. J’adore jouer ce personnage, je le jouerais tous les jours, honnêtement, si je le pouvais. Où cela le mènerait-il ? Je ne sais pas, il a déjà dit qu’il voulait ouvrir une chaîne d’hôtels ou être directeur d’hôtel, alors qui sait, peut-être qu’on aura un croisement avec Le Lotus Blanc ce qui peut être très, très acceptable pour écheveau. Qu’est ce qu’il va faire écheveau dans la saison 9 de Le Lotus Blanc? (des rires).

BH : A l’origine, je voulais écheveau Il avait un hôtel quelque part mais cette saison, c’est une personne différente, je pense à cause de ce qui lui est arrivé à la fin de la saison dernière. Je ne sais pas. Je ne sais pas comment ce serait. Mais, sans aucun doute, c’est un personnage très amusant à écrire. Je donne beaucoup de crédit à Anthony Carriganparce que écheveauà cause de ce qui lui est arrivé dans la saison 3 est un personnage différent de cet épisode. Antoine Il a dit quelque chose de très intéressant, car au début il allait rendre le personnage beaucoup plus sombre et sans humour. Mais Antoine avait un grand point: « Quand quelque chose comme ça vous arrive, vous le cachez. À un certain niveau, vous le cachez ». C’est comme si c’était Super Hank. Est écheveau faire semblant d’être écheveau. Antoine fait quelque chose d’incroyable dans ses scènes, avec écheveau faire semblant d’être écheveau cacher ses émotions. C’est lui qui fait une imitation de son propre caractère dans le caractère. Il le fait dans le deuxième épisode de cette saison d’une manière très intéressante. Cela m’a vraiment frappé. Je lui accorde beaucoup de crédit. J’ai beaucoup de chance que les acteurs de la série soient si intelligents, intuitifs et de grands écrivains.

Bill, comment va continuer votre carrière après Barry ?

BH : Mon objectif après la fin de la série est de dormir et peut-être de prendre un… Je n’ai pas pris de vacances au cours des 12 dernières années. J’ai réalisé hier. J’ai donc besoin d’eux. Ensuite, j’écrirai des scénarios de films et peut-être qu’après cela, je créerai une autre série. On verra. Je suis intéressé par les histoires.

+Bill Hader a raconté comment il a créé Barry

Bill Hader faisait partie de la distribution stable de Saturday Night Live entre 2005 et 2013. Il semble que le spectacle de bnc a beaucoup à voir avec la gestation de cette comédie noire. Voici comment le réalisateur l’a expliqué:

« Je crois que Barry C’est né… Ce personnage est né de l’idée que j’ai toujours voulu un cinéaste, je n’ai jamais été intéressé par le jeu d’acteur et la comédie… J’étais fan de comédie mais je n’aurais jamais pensé que je pourrais la jouer ou faire quoi que ce soit. Avec une immense chance, je me suis retrouvé dans Saturday Night Live et j’ai saisi cette opportunité, où j’ai pu faire des imitations, des choses comme ça. J’ai une capacité innée à le faire. Mais ce que je veux, c’est écrire et réaliser. Quand j’ai essayé de faire des shorts, ça ne s’est jamais bien passé. C’est sorti de ça. Et qu’est-ce qui se passerait si…? De plus, je dois ajouter que j’avais une anxiété terrible lorsque j’étais en Saturday Night Live, le spectacle a été très dur pour ma santé et mon corps, ma santé mentale. C’était comme, et si ce qui est inné pour vous et que vous êtes doué pour le faire vous fait mal, mais ce que vous voulez faire, ce que vous aimez… vous n’êtes pas si doué pour le faire. C’est de là que ça vient, au début. Ce qui est incroyable, c’est qu’au fur et à mesure que nous avons fait le spectacle et que nous continuons à le faire, j’ai pu diriger, en apprendre davantage et faire ce que j’aime faire, ce que j’ai toujours voulu faire, et c’est le meilleur expérience jamais. Cela a été gentil avec moi. Pour Barry…Je ne sais pas s’il est possible de lutter contre sa nature. La meilleure façon d’écrire une série n’est pas d’avoir une réponse, c’est d’avoir une question. Vous avez ces personnages, tout commence et vous les voyez avancer. C’est ce qui est fascinant au niveau de leurs motivations et de leurs choix. ».

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. ?

Top Infos

Coups de cœur