dans

Bien qu’HarmonyOS habille la soie, Android reste: l’analyse révèle que le plan B de Huawei est une fourchette ré-étiquetée

Ils l’ont dit sur XDA il y a des mois et ils l’ont répété sur Ars Technica cette semaine: le système d’exploitation de Huawei, HarmonyOS est juste un autre fork d’Android. Dans ce document, le fabricant chinois a essentiellement pris la base du projet AOSP et y a placé sa couche de personnalisation EMUI.

La découverte n’est pas trop surprenante: créer un système d’exploitation à partir de zéro est une tâche ardue, surtout lorsque l’objectif est de rivaliser avec des plates-formes pleinement matures comme Android ou iOS. Quelle a été la solution de Huawei? Selon ces analyses, prenez la partie Open Source de la plateforme Android (appelée AOSP) et déguisez-le comme votre propre plateforme avec EMUI.

Cela ne semble pas être plus qu’un autre fork d’Android

HarmonyOS était censé être un système d’exploitation indépendant et différent de ce qui existait déjà sur le marché avec Android et iOS. Nous l’avons vu initialement fonctionner sur certains téléviseurs tels que le Honor Vision TV et son apparition était promise dans toutes sortes d’appareils IoT et même dans les voitures, ce qui semblait certainement être un défi.

La vérité est que les analyses XDA précédentes ont déjà montré qu’HarmonyOS semblait être basé sur AOSP (Android Open Source Project), mais une nouvelle analyse d’Ars Technica confirme encore ces données.

Cet examen a déjà posé une première surprise quand il nous a expliqué comment accéder aux aperçus HarmonyOS. Pour y parvenir, il est nécessaire d’envoyer des informations personnelles, notamment une photo de votre passeport pour une « vérification d’identité ». L’auteur avoue avoir envoyé ces données avec beaucoup de méfiance et espérant que «Pékin n’a pas ‘un fichier’ à moi maintenant.

A lire :  Steven Soderbergh ne réalisera pas un film de super-héros, mais il n'est pas snob à ce sujet

Grâce à cette étape, il n’a pas pu accéder au système pour l’installer sur un appareil, mais à un émulateur qui répond à nos actions comme s’il s’agissait d’un jeu vidéo en streaming par Stadia. Dès le premier instant, l’impression était celle d’être devant un fork d’Android, un système d’exploitation dérivé dans lequel les composants Open Source d’AOSP avaient été utilisés dont tout le monde pouvait profiter (à condition de respecter les termes de la licence) pour créer leur propre version de cette plateforme.

Cela ressemble à Android car ce n’est rien de plus qu’un fork d’Android.

Dans le cas d’HarmonyOS, il y avait de nombreux indices indiquant que ce n’était rien de plus. Plusieurs applications internes ont conservé leurs noms d’origine (comme « Android Services Library » ou « Android Shared Library », et ailleurs simplement un « réétiquetage » du système d’exploitation a été effectué pour supprimer autant que possible ces références à Android.

HarmonyOS est essentiellement une version dérivée d’Android 10 et que, oui, a le même EMUI comme couche de personnalisation que l’on voit dans les terminaux du fabricant. La plus grande différence par rapport à un Android classique réside dans quelque chose que nous avions déjà vu dans ses derniers terminaux: il n’y a pas de services ou d’applications Google, et à la place nous avons son magasin d’applications (Galerie d’applications), par exemple, mais comme l’a souligné cet analyste, « après des heures de bricolage avec HarmonyOS, je n’ai pas pu signaler un seul changement substantiel d’Android. »

Si tout reste le même, nous sommes face à un système d’exploitation qui ce n’est pas très différent des propositions d’autres fourches comme LineageOS —Le plus populaire des fourchettes de la communauté— ou FireOS d’Amazon lui-même, qui a fait fondamentalement la même chose que HarmonyOS pendant des années mais sans vouloir cacher ses origines.

A lire :  Intel Core de 11e génération: le processeur s'améliore avec Tiger Lake, mais ce sont les débuts des GPU Intel Xe qui posent un changement de génération

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Intimissimi Nuisette longue en soie Femme Naturel Taille L
    L - Naturel - Nuisette longue en soie à fines bretelles réglables avec col légèrement arrondi. Idéale à porter sous les robes longues pour que le tissu tombe bien ou à l'extérieur comme vêtement de tous les jours que l'on mettra en valeur avec des accessoires mode. La mannequin mesure 179 cm et porte une taille S. La soie
  • Intimissimi Nuisette en soie Femme Naturel Taille L
    L - Naturel - Nuisette en soie à fines bretelles réglables avec col légèrement en V. Idéale à porter sous les robes pour que le tissu tombe bien. La mannequin mesure 179 cm et porte une taille S. La soie est la plus noble et la plus fine des fibres naturelles, mais aussi l’une des plus résistantes. Elle procure une
  • Intimissimi Nuisette en soie Femme Ivoire Taille L
    L - Ivoire - Nuisette en soie à fines bretelles réglables avec col légèrement en V. Idéale à porter sous les robes pour que le tissu tombe bien. La mannequin mesure 179 cm et porte une taille S. La soie est la plus noble et la plus fine des fibres naturelles, mais aussi l’une des plus résistantes. Elle procure une