in

Astra atteint l’espace lors du deuxième lancement d’essai orbital

Astra vient d’atteindre l’espace pour la première fois.

La startup californienne a lancé son deuxième vol d’essai orbital aujourd’hui (15 décembre), envoyant le Fusée 3.2 vers le ciel depuis le complexe du port spatial du Pacifique sur l’île Kodiak en Alaska peu avant 16h00 HNE (21h00 GMT; 12h00 heure locale de l’Alaska).

Le Rocket 3.2 de 38 pieds de haut (12 mètres) a franchi une série de jalons importants, alimentant son moteur de premier étage et séparant avec succès son étage supérieur, les représentants d’Astra dit via Twitter pendant le vol.

En relation: L’histoire des fusées

Et ce n’est pas tout: Rocket 3.2 a réussi à s’élever au-delà de la frontière Terre-espace de 62 milles de haut (100 kilomètres) connue sous le nom de ligne Kármán, d’après le physicien et ingénieur hongro-américain Theodore von Kármán, Astra a déclaré via Twitter. (Ce n’est pas la seule frontière reconnue entre la Terre et l’espace; la NASA et l’US Air Force attribuent des ailes d’astronaute à quiconque atteint au moins 50 miles, ou 80 km.)

« ÉNORME SUCCÈS !!!!!!! Vidéo de vol, données et plus de détails à suivre! » Astra a tweeté cet après-midi.

On ne sait pas pour le moment exactement à quelle hauteur Rocket 3.2 a atteint ce vol d’essai, qui ne transportait aucune charge utile, ni si le booster a atteint son orbite. Cette histoire sera mise à jour lorsque Astra fournira ces détails.

Astra, qui est basée dans la région de la baie, développe des fusées conçues pour permettre aux petits vaisseaux spatiaux de se déplacer en orbite. Une autre entreprise californienne, Laboratoire de fusée, fournit déjà ce service, mais Astra prévoit de se tailler sa propre niche avec sa gamme de boosters flexibles et à bas prix. (Les grosses fusées telles que le Falcon 9 de SpaceX transportent également généralement de petits satellites comme charges utiles secondaires. Mais ces missions de covoiturage sont adaptées aux besoins des grandes charges utiles primaires, de sorte que les plus petits tagalongs doivent généralement se contenter de livraisons orbitales moins précises.)

« Ce que nous essayons de faire, c’est de créer un service qui a un coût d’exploitation inférieur et un coût moindre pour fournir le service de lancement », a déclaré Chris Kemp, PDG d’Astra, lors d’une téléconférence avec les journalistes en juillet dernier.

«Cela implique une fusée beaucoup moins chère, une usine hautement automatisée, une opération de lancement hautement automatisée et, en fait, une réelle concentration sur l’efficacité et la réduction des coûts de tous les aspects du service afin que nous puissions atteindre une échelle et réduire les coûts grâce à des économies. d’échelle et de production », a déclaré Kemp.

Astra espère être pleinement opérationnel d’ici l’année prochaine; l’entreprise est offre actuellement lancer des services à partir de 2021 et 2022. Et Astra a déjà des clients alignés. Par exemple, la NASA a récemment accordé à Astra 3,9 millions de dollars pour lancer de petits satellites en orbite terrestre.

Le vol d’essai d’aujourd’hui a été une étape importante dans cette voie envisagée.

La première tentative de lancement orbital d’Astra, avec un booster connu sous le nom de Rocket 3.1, a eu lieu en septembre dernier. Rocket 3.1 a bien décollé mais a rencontré un problème de guidage lors de la combustion de son moteur de premier étage, ce qui a incité Astra à terminer le vol environ 30 secondes après le décollage pour des raisons de sécurité.

Astra a rapidement attribué le problème à un problème logiciel apparent dans le système de guidage et de navigation de Rocket 3.1, exprimant sa confiance dans le fait que la société reviendrait bientôt sur le tapis. Et cela s’est effectivement produit; Rocket 3.2 a décollé trois mois seulement après le court vol de son prédécesseur.

Astra ne comptait pas sur Rocket 3.1 ou Rocket 3.2 pour réussir complètement. Les représentants de l’entreprise ont déclaré qu’ils prévoyaient qu’il faudrait trois tentatives pour atteindre l’orbite.

Mike Wall est l’auteur de « Là-bas« (Grand Central Publishing, 2018; illustré par Karl Tate), un livre sur la recherche de la vie extraterrestre. Suivez-le sur Twitter @michaeldwall. Suivez-nous sur Twitter @Spacedotcom ou Facebook.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂