in

Armageddon Temps, famille et école ennemis de l’adolescence

FICM 2022

Le nouveau film de James Gray a été présenté en première au Festival international du film de Morelia et nous vous disons ce que nous en avons pensé.

Armageddon Time, film réalisé par James Gray (Photo : IMDB)Armageddon Time, film réalisé par James Gray (Photo : IMDB)

C’est le début des années quatre-vingt du siècle dernier. Les États-Unis se préparent à l’administration de Ronald Reagan en tant que président. La musique disco semble déjà dépassée et de nouveaux rythmes sont en train d’être créés. Pendant ce temps, au sein de la famille Graff, l’adolescent Paul (Banks Repeta) semble être une nuisance pour sa famille. C’est ce qu’ils lui font ressentir, même explicitement, parce qu’il n’est pas le garçon avec les honneurs et l’excellence à l’école. Ils le traitent même de « retardé ». Enfin, à part son grand-père Aaron (Anthony Hopkins), un homme qui a compris son petit-fils dans le sens où ses motivations sont dans la sensibilité artistique et non dans la pression mentale exercée par le système éducatif.

Dans son nouveau film, James Gray propose une histoire semi-biographique pour se plonger dans des problèmes plus actuels que lorsqu’ils se produisaient à l’époque. Issu d’une famille juive de New York, le réalisateur raconte à travers Paul à quel point c’était convulsif d’être un adolescent dans tous les noyaux de sa vie, principalement dans la famille et l’école, deux fronts qui semblent même s’être mis d’accord pour le traiter d’être ennuyeux.

Tout empire pour Paul lorsque Johnny entre à l’école. Et pas à cause de Johnny, mais à cause du monde adulte incapable même d’observer leur jeunesse. Ne disons pas comprendre. Il s’agit d’un garçon noir qui vit avec une grand-mère malade dans une situation précaire et dont la tutelle est entre les mains de la bureaucratie américaine. En premier lieu, tous deux compatissent à son amour de la musique, mais ils ont des affinités plus puissantes, comme être rejeté, jugé et violé de différentes manières.

La violence à l’égard des adolescents est un problème qu’il convient d’examiner attentivement. Il part de la maison avec des coups sous prétexte de corriger les défauts sur les plans psychologiques d’un environnement scolaire et punit ceux qui perçoivent comme différents ou n’appartenant pas au modèle établi de ce qui est accepté. Rien de plus inconfortable pour un adulte qu’un adolescent. Rien de plus allergique à un système éducatif traditionnel que des élèves non nés robots. Rien de plus irritant pour une famille qu’un membre aux qualités différentes qui effondre les attentes qu’on lui impose.

Dans ce contexte violent, Jeremy Strong en père et Anne Hathaway en mère ils gaspillent leur talent d’acteur dans l’agressivité contre Paul. Chacun a une séquence particulière qui révèle le désir nul de les avoir comme parents.

Si dans la famille et à l’école tu es obligé de te voir comme un ennemi, quelle direction dois-tu prendre ? L’alternative est celle que Paul choisit à la fin ; le tir est une approche de la compréhension que c’est la sortie immédiate, qui a égal ou plus de mépris pour sa personne, mais à l’exception qu’il y a la possibilité de trouver quelque chose de complètement différent et heureux. Cependant, l’espoir est minime. Ce n’est pas seulement Paul qui prend ces mesures, mais des centaines d’autres adolescents. Quel destin et avenir les attend ? Certainement pas encourageant. Inutile de dire, étant donné que la famille Trump fait une apparition à cette destination avec Maryanne (une apparition de Jessica Chastain). La présence de ce nom de famille pourrait bien être liée au titre du film comme une prémonition ou un avertissement de ce qui allait arriver pour la société américaine.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂