in

Après la NASA, l’ESA annonce la mission EnVision sur Vénus pour étudier le fonctionnement interne de la planète

Peu de temps après la NASA annoncé qu’ils prévoient d’envoyer deux missions pour explorer Vénus, l’Agence spatiale européenne (ESA) a également annoncé qu’elle enverrait une mission sur Vénus. Baptisée EnVision, la mission de l’ESA sera un orbiteur qui donnera une vision holistique de la planète. Il examinera tous les aspects de la planète, du noyau interne à la haute atmosphère. La décision a été prise le 10 juin et l’ESA veut viser un lancement dans les années 2030.

« C’est un tour du chapeau de Vénus ! a tweeté le plus grand chef scientifique de la NASA, Thomas Zurbuchen.

EnVision sera une mission de classe moyenne. Parmi les autres missions de classe M, citons le Solar Orbiter – lancé en février 2020, Euclid, Platon et Ariel – qui sera lancé tout au long de cette décennie. Mission M-Class conduite par l’ESA ou réalisée en partenariat avec leurs partenaires internationaux.

Il a battu la mission Transient High-Energy Sky and Early Universe Surveyor (Theseus). Thésée garderait un œil sur les événements transitoires et se concentrerait sur les sursauts gamma du premier milliard d’années de l’Univers, dans l’espoir de nous aider à comprendre le cycle de vie des premières étoiles.

Rendu artistique du vaisseau spatial EnVision de l'ESA.  Crédits : Agence Spatiale Européenne/Observatoire de Paris/VR2Planets

Rendu artistique du vaisseau spatial EnVision de l’ESA. Image : Agence spatiale européenne/Observatoire de Paris/VR2Planets

Ce sera la première fois que les États-Unis visiteront Vénus depuis plus de 30 ans. La NASA a visité la planète pour la dernière fois avec sa mission Magellan qu’elle a envoyée en 1989. L’ESA, cependant, l’a visitée plus récemment, avec son Venus Express qui était encore actif jusqu’en 2014. Le Japon dispose également d’un orbiteur autour de Vénus depuis 2015 pour étudier le climat.

À propos de la mission

Selon un communiqué de presse par l’ESA, EnVision cherchera à répondre à des questions telles que : Quelle histoire Vénus a-t-elle vécue pour arriver à cet état ? Prédit-elle le destin de la Terre si elle subit un effet de serre catastrophique ? Vénus est-elle encore géologiquement active ? Aurait-il déjà accueilli un océan et soutenu la vie ?

Pour EnVision de l’ESA, la NASA travaillera sur le radar à synthèse d’ouverture appelé VenSAR. Il va imager et cartographier la surface. La NASA apportera également son soutien à la mission avec le Deep Space Network.

L'image montre la Terre (à gauche) et Vénus (à droite) et leur taille similaire.  Comment ces planètes sœurs ont-elles évolué pour devenir si différentes ?  La mission EnVision (rendu du vaisseau spatial en image) vise à répondre à certaines de ces questions clés, et le radar à ouverture synthétique EnVision Venus (VenSAR) fourni par la NASA jouera un rôle central.  Le VenSAR sera construit et exploité par JPL.  Crédits : Agence Spatiale Européenne / Observatoire de Paris / VR2Planets

L’image montre la Terre (à gauche) et Vénus (à droite) et leur taille similaire. Crédits image : Agence spatiale européenne / Observatoire de Paris / VR2Planets

Les autres instruments seront des contributions des États membres de l’ESA. Ils comprennent un sondeur pour aider à révéler la stratification souterraine, une expérience scientifique radio pour sonder la structure interne, le champ de gravité, étudier la structure et la composition de l’atmosphère. Un spectromètre étudiera l’atmosphère et la surface et surveillera les traces de gaz dans l’atmosphère. Il analysera également la composition de la surface et examinera tous les changements qui pourraient être liés aux signes de volcans actifs.

Lire aussi : La NASA sélectionne les missions DAVINCI+ et VERITAS pour explorer Vénus pour son programme de découverte

Lori Glaze, directrice de la division des sciences planétaires de la NASA, a déclaré : « La mission EnVision de l’ESA fournira des capacités d’imagerie et de polarimétrie haute résolution inégalées. Les images haute résolution de nombreux processus dynamiques sur Mars ont profondément changé notre façon de penser la planète rouge et des images à des échelles similaires ont le potentiel de faire de même pour Vénus. »

Günther Hasinger, directeur scientifique de l’ESA, a déclaré : « Avec les nouvelles missions Vénus dirigées par la NASA, nous aurons un programme scientifique extrêmement complet sur cette planète énigmatique au cours de la prochaine décennie. »

À propos des missions de la NASA

DAVINCI+ signifie Deep Atmosphere Venus Investigation of Noble gas, Chemistry, and Imaging. Il mesurera les composantes de l’atmosphère de Vénus. D’autre part, VERITAS est l’acronyme de Venus Emissivity, Radio Science, InSAR, Topography, and Spectroscopy. Dans cette mission, les scientifiques de la NASA cartographieront la surface de la planète pour comprendre son histoire géologique.

Selon Nasa, en traversant l’atmosphère rude de Vénus, la sonde d’entrée atmosphérique DAVINCI+ pourra fournir des mesures directes de son atmosphère.

Les données topographiques globales générées par VERITAS fourniront aux scientifiques une carte de localisation globale de la planète qui pourra être utilisée « comme système de référence pour toutes les données de surface passées et futures collectées ».

Parallèlement à ces deux missions, l’agence spatiale enverra également deux démonstrations technologiques. DAVINCI + va héberger le spectromètre d’imagerie compact ultraviolet à visible (CUVIS) tandis que VERITAS hébergera Deep Space Atomic Clock-2.

La mission VERITAS deviendra la première à étudier la surface de Vénus après la sonde Magellan également envoyée par la NASA.

Les deux missions Vénus gagnantes, Davinci et Veritas, ont reçu 500 millions de dollars américains (354 millions de livres sterling) et seront lancées entre 2028 et 2030.

Lisez aussi: Missions rejetées par la NASA sur les lunes de Jupiter et Neptune: voici ce que nous avons peut-être découvert

.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂