dans

Apprenez à connaître tous les pilotes portugais qui ont atteint la Formule 1

Avec le retour inattendu de la Formule 1 au France en 2020, en raison d’un virus qui a bouleversé le monde, nous avons été «envahis» par un sentiment nostalgique. Après tout, depuis 1996, il n’y a pas eu de Grand Prix sur les terres portugaises, et jusqu’à ce que la conversation atteigne le sujet des pilotes portugais en Formule 1 au fil des ans, c’était un petit saut.

En 70 ans de Formule 1 – le premier championnat officiel de la discipline a eu lieu en 1950 -, on ne compte que neuf pilotes portugais qui, d’une manière ou d’une autre, ont été impliqués dans le «grand cirque». Et si l’on compte ceux qui ont réellement couru et / ou participé à des championnats, ce nombre est réduit à quatre …

Un quatuor qui constitue un excellent point de départ pour ce meeting de pilotes portugais en Formule 1 (dans la publication ci-dessous: Tiago Monteiro, Pedro Lamy, Pedro Matos Chaves et «Nicha» Cabral).

Tiago Monteiro

Il a été le dernier pilote portugais à participer à un championnat de Formule 1, après avoir complété deux saisons complètes en 2005 et 2006 – en 2004, il pilotait déjà des F1 en tant que pilote d’essai chez Minardi. Parmi les pilotes portugais de Formule 1, Tiago Monteiro finirait également par être le plus titré de tous.

Il est le seul à être monté sur le podium, ayant atteint la troisième place du GP américain en 2005, avec Jordan. On ne doute pas du talent du pilote portugais, mais l’exploit a été réalisé dans des circonstances inhabituelles, lorsque les équipes principales ont décidé de ne pas participer à la course nord-américaine en raison de problèmes de sécurité liés aux pneus Michelin. Cependant, Tiago Monteiro marquerait à nouveau cette saison, lorsqu’il atteignait la huitième place du GP de Belgique, terminant le championnat avec sept points.

En 2006, l’équipe serait rebaptisée Midland et le meilleur résultat serait une neuvième place au Grand Prix de Hongrie, sans avoir réussi à marquer.

Après avoir quitté la Formule 1, la carrière de Tiago Monteiro s’est déplacée vers le WTCC, avec SEAT puis Honda, participant également aux 24 Heures du Mans. Après avoir subi un violent accident en 2017, alors qu’il dirigeait le championnat WTCC, le pilote portugais ne reviendra sur les circuits qu’en 2018 et les victoires en 2019, un exploit réalisé au France.

Pedro Lamy

Il est entré en Formule 1 en 1993 avec Lotus, après avoir participé aux quatre derniers Grand Prix de cette année, en remplacement d’Alex Zanardi qui se remettait d’un accident. Il n’a pas réussi à marquer, mais Lotus embaucherait le pilote portugais pour terminer le championnat en 1994. Cependant, après quatre compétitions, Pedro Lamy subirait un grave accident lors d’une séance d’essais sur le circuit de Silverstone, terminant la saison là-bas, et forçant une longue période de récupération.

Il reviendrait en Formule 1 en 1995 avec Minardi, pour faire la seconde moitié du championnat, en remplacement du pilote Pierluigi Martini. Même aux commandes d’une monoplace peu compétitive, Lamy mettrait fin au championnat avec effusion en remportant une sixième place au Grand Prix d’Australie sur le circuit d’Adélaïde, ce qui lui garantissait son premier (et unique) point en Formule 1. Il reviendrait en 1996, toujours en lice. Minardi, mais le manque de compétitivité de la voiture ne lui a jamais permis de voler plus haut.

Après avoir quitté la Formule 1, Lamy a eu une carrière réussie dans le Championnat FIA GT, devenant champion dans la catégorie GT2 en 1998 au volant d’une Dodge Viper. En Le Mans Series, il a été champion de la catégorie GTS en 2004 avec une Ferrari 550 GTS Maranello; champion en GT1 en 2005 avec une Aston Martin DBR9 et champion en LMP1 avec une Peugeot 908 HDI en 2006. En 2017, il serait à nouveau sacré champion en WEC, en catégorie LMGTE-AM, avec une Aston Martin Vantage GTE. Et sans oublier qu’il a remporté les 24 heures du Nürburgring à cinq reprises.

Pedro Matos Chaves

Le pilote de Porto n’a passé qu’une saison en Formule 1 en 1991, après avoir remporté le championnat britannique de Formule 3000 en 1990. Comme Lamy, Pedro Matos Chaves a fini par être limité par le manque criant de compétitivité de la voiture de l’équipe Coloni. Après 13 courses et 13 tentatives pour se qualifier pour un Grand Prix sans jamais pouvoir participer à aucun, le pilote a quitté l’équipe pour revenir en Formule 3000.

Désormais retiré des compétitions, il a également été champion national des rallyes à deux reprises, avec Toyota.

Mário de Araújo Cabral

Connu sous le nom de «Nicha» Cabral, le pilote portugais (récemment décédé) a fait ses débuts en Formule 1 en 1959 sur le circuit de Monsanto – oui, il y avait des courses de Formule 1 dans le «poumon» de Lisbonne -, atteignant la 10e place, dans un preuve, où il a causé un accident impliquant Jack Brabham. Il a été le premier pilote portugais à participer à une course de championnat de Formule 1.

Il participera à quatre autres Grand Prix – un en 1960 (France), deux en 1963 (Allemagne et Italie) et un en 1964 (Italie) – n’en ayant néanmoins conclu aucun. Après la Formule 1, «Nicha» Cabral participe à la Formule 3 où, en 1965, il subira un grave accident et continuera à concourir jusqu’en 1974, dans des épreuves sportives, bien qu’il ait encore eu deux autres épreuves en Formule 2.

Pilotes portugais qui ont presque atteint la Formule 1

Il y avait plus de pilotes portugais impliqués dans la Formule 1 bien que cela ne se soit pas traduit par une participation à des courses de Grand Prix. En commençant par le plus récent, l’actuel champion de Formule E, António Félix da Costa il a même testé plusieurs monoplaces de Formule 1 – en 2010 une Force India et en 2013 une Red Bull -, ce qui lui a valu une place de pilote de réserve pour Red Bull dans plusieurs GP.

En récompense pour avoir remporté la World Series by Renault (monoplace équipée d’un V8 de 3,5 litres) en 2007, Álvaro Parente a eu l’opportunité de tester une voiture Renault F1 début 2008. En 2010, il était proche de faire partie de l’écurie Virgin Racing, mais cela ne s’est pas produit. Il est passé par les championnats GP2 et GT, connaissant de multiples succès.

Filipe Albuquerque a effectué un test officiel pour Toro Rosso en 2007, après avoir conduit, pour des événements d’exposition, les sièges Red Bull. Cela a fini par ne pas se traduire par une opportunité d’entrer en Formule 1, mais la carrière du pilote serait couronnée de plusieurs succès, mettant en avant la victoire, cette année (2020) aux 24 Heures du Mans dans la catégorie LMP2, catégorie dont il était champion lors de la saison 2019-2020, ayant également remporté l’European Le Mans Series (2020).

Beaucoup plus loin dans le temps, nous trouvons Casimiro de Oliveira, frère du célèbre cinéaste et pilote Manoel de Oliveira. Il a été le premier pilote portugais à avoir conduit une Formule 1, en 1953, dans un entraînement privé. C’était une Ferrari F2, monoplace dominante dans les premières années de la discipline reine. Il fut aussi le premier pilote portugais à être engagé dans un Grand Prix, celui du France (Boavista), en 1958, un an avant «Nicha» Cabral, avec une Maserati 250F. Il n’a pas pu participer, car cette course marquait son retour après trois ans d’arrêt, donc il ne l’a pas risquée.

Casimiro de Oliveira

Avant d’entrer en Formule 1, Casimiro de Oliveira a participé à plusieurs courses au volant de machines telles que la Bugatti Type 35

Et, enfin, on finit par Fritz d’Orey, ou Frederico d’Orey. Oui, c’est un pilote brésilien, mais nous l’avons inclus dans cette liste en raison de sa «technicité», car il a la double nationalité (brésilienne et portugaise), étant le fils d’émigrants portugais. Il a participé à trois épreuves de Grand Prix en 1959, avec une Maserati 250F et un Tec-Mez (moteur Maserati), ayant obtenu la 10e place comme meilleur résultat.

Fritz d'Orey

Fritz d’Orey

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • DISTRI'HORSE33 Distri'Breath - Cheval qui tousse - Contenance: 1 L
    Que votre cheval tousse au travail, en réaction à la poussière du foin, et que cette toux soit sèche ou grasse, il s'agit là d'un maux qu'il ne faut pas laisser s'installer. Distri'Breath soutien la fonction respiratoire du cheval avant qu'il présente des troubles des voies respiratoires : Lors du changement de saison il n'est pas rare que le cheval manifeste une toux sèche ou grasse, soit suite à un petit coup de froid, un environnement devenu trop sec et poussiéreux (foin, carrière très sèche, pollen au printemps, petites moisissures, parfois même l'urée) ou durant l'effort, notamment en début de séance. La toux pourra s'accompagner d'un "mouchage" (on parle de cheval qui mouche) ou d'un écoulement épais par les naseaux. Ce signe indique que l'organisme lutte contre une petite infection (comme le rhume chez l'homme). Mais attention si cet écoulement s'épaissit fortement et perdure sans amélioration, prenez conseil auprès de votre vétérinaire équin. Un cheval qui tousse devra toujours faire l'objet de toute votre attention. Il est important de faire la distinction entre une simple toux pour se dégager d'une gène passagère, d'une toux qui découle d'une réaction inflammatoire. Comme chez l'humain l a toux chez le cheval est un système naturel de défense. Il vise a expulser un corps étranger, ou le fruit du travail des anti-corps (glaire) afin de chasser de l'organisme les éléments indésirables. Les glaires sont le résultat du travail du système immunitaire. Ils "emballent" le microbe, la poussière de cette subtance gluante afin de faciliter son évacuation et d'éviter la propagation du virus. En identifiant rapidement la cause (petit virus respiratoire ou cause environnementale) vous pourrez agir pour stopper la toux. Dans le cas d'un cheval qui tousse, il faudra veiller à réduire la présence de la poussière dans son environnement direct (arroser le sol de l'écurie avant de balayer, mouiller le foin, etc) Avec Distri'Breath aidez votre cheval à se libérer de cette toux, préservant ainsi ses voies respiratoires. Une solide base d'huiles essentielles : Citron, Tea tree, Eucalyptus, Camphre : Cet aliment complémentaire liquide possède une solide base d'huiles essentielles permettant de faire face efficacement contre les petites infections respiratoires de l'hiver notamment la toux de votre cheval. Vous y retrouverez des huiles essentielles de : LAVANDE : pour sa qualité à agir contre les microbes et son activité bactériostatique. CITRON : pour ses propriétés à mettre en alerte le système immunitaire. EUCALYPTUS : pour sa qualité expectorante, antiseptique, analgésique et anti-inflammatoire. Améliore le confort respiratoire. TEA TREE : pour son action favorable dans les pathologies légères des voies respiratoires. CAMPHRE : pour son action intéressante lors de l'encombrement des voies respiratoires. ROMARIN : pour ses propriétés antispasmodique, hépatoprotecteur, antimicrobien. Distri'Breath aidera à éloigner les risques d'apparition d'irritation...
  • Blédina Blédilait Premium 2ème Âge Formule Epaissie de 6 Mois à 1 An 800 g - Boîte 800 g
    Blédilait Premium 2ème Âge Formule Epaissie de 6 Mois à 1 An 800 g est un lait de suite en poudre à la formule épaissie à l'amidon qui convient à l'alimentation spécifique des nourrissons de 6 mois jusqu'à un an, conformément à la réglementation dans le
  • Formul Pro Shampooing à l'huile d'argan cheveux fragiles Formul Pro 1L
    Shampooing sans paraben argan cheveux très fragilisé. Un shampooing nourrissant à l'huile d'argan pour des cheveux très desséchés qui pénètre au cœur de la fibre capillaire, rend les cheveux soyeux et rayonnants. Riche en insaponifiables, Oméga-6 et tocophérols, l'huile d'argan, nommée encore l'or du désert apporte ses bénéfices séculaires aux propriétés d'hydratation exceptionnelles. Utilisation : Appliquer généreusement, shampooiner en massant des racines aux pointes puis rincer. Contenance : 1000ml