in

Apple déploie des changements vitaux dans l’App Store pour tenter d’éviter une réglementation croissante des Big Tech

Apple a dévoilé des changements majeurs dans sa boutique d’applications après des années de critiques, alors que le colosse de la Silicon Valley tente d’éviter un effort accru et croissant pour réglementer Big Tech, ont déclaré jeudi des experts. En quelques jours, la société a annoncé des concessions demandées depuis longtemps après avoir vu des enquêtes, des poursuites et des règles s’accumuler contre ce que les critiques appellent un abus de domination mondiale par Apple et d’autres grandes entreprises.

« On dirait une mesure préventive – se prémunir contre une éventuelle action du DOJ (gouvernement américain) », a tweeté Lawrence McDonald, contributeur de CNBC, après avoir appris mercredi que certaines entreprises seraient autorisées à contourner certains contrôles et frais de l’App Store.

Les experts voient les changements d’Apple comme la preuve que les grandes entreprises technologiques ont succombé à la pression et ont décidé de donner un pouce pour essayer d’éviter une collision avec les règles gouvernementales qu’elles ne contrôleraient pas.

Les concessions d’Apple étaient rares et « extraordinaires », mais calculées, a déclaré Joshua Davis, professeur de droit à l’Université de San Francisco. AFP.

Illustration : tech2/Nandini Yadav

Illustration : tech2/Nandini Yadav

« La stratégie d’Apple, à ce stade, semble être d’essayer de trouver un compromis où il peut maintenir la plupart de ses pratiques – et les bénéfices qu’il tire de ces pratiques – et en donner le moins possible », a déclaré Davis.

Les concessions faites ces derniers jours portent notamment sur les règles de l’App Store qui centralisent le contrôle avec Apple mais aussi les profits.

Jusqu’à présent, ces restrictions ont permis à Apple de réduire jusqu’à 30% les achats d’applications et les paiements effectués dans les applications téléchargées via l’App Store, ce que Google fait également via son Play Store.

Les géants de la technologie, dont les systèmes d’exploitation fonctionnent sur 99% des smartphones dans le monde, ont fait valoir qu’il s’agissait d’une compensation équitable pour la fourniture des plates-formes permettant le téléchargement d’applications en premier lieu.
Mais les développeurs sont furieux des profits perdus, et Apple mène une bataille juridique à enjeux élevés avec la société de jeux vidéo Epic sur cette question.

Jusqu’à présent, Apple a accepté fin août d’assouplir les restrictions de paiement sur son App Store. La décision est intervenue à la suite d’un recours collectif intenté par de petits développeurs qui l’accusaient de gérer un monopole.

« Des mesures arbitraires et égoïstes »

Puis est venue l’annonce mercredi soir qu’Apple autoriserait les applications multimédias à diriger les clients directement vers leurs sites Web, dans le cadre d’un accord négocié avec les régulateurs japonais mais qui entrera en vigueur à l’échelle mondiale l’année prochaine.

La modification évitera aux applications qui fournissent des journaux, des livres, de la musique ou des vidéos d’avoir à utiliser le système de paiement App Store et évitera ainsi de payer une commission de 30%.

Dans l’état actuel des choses, les changements ne menacent pas le modèle économique d’Apple, qui a généré, sur son seul App Store, 72 milliards de dollars de revenus en 2020, selon Sensor Tower, une société de données et d’insights.

Apple a salué le changement de politique comme aidant à « faciliter la tâche des utilisateurs… tout en protégeant leur vie privée et en préservant leur confiance ».

De nombreuses personnes directement touchées par le changement d’avis d’Apple n’ont pas été impressionnées.

« Notre objectif est de rétablir la concurrence une fois pour toutes, pas une étape arbitraire et égoïste à la fois », a tweeté Daniel Ek, fondateur et PDG du service de streaming musical Spotify.

« Nous continuerons à faire pression pour une vraie solution », a-t-il ajouté.

Un changement de l’ampleur décrit par Ek ne viendra peut-être pas de bon gré des géants de la Silicon Valley.
Il y a eu un certain mouvement à Washington, les législateurs débattant d’une législation visant à limiter le pouvoir stupéfiant des Big Tech, mais pas encore de nouvelles règles.

Cependant, la Corée du Sud a adopté cette semaine une loi interdisant à Apple et à Google d’obliger les développeurs d’applications à utiliser les systèmes de paiement des entreprises, déclarant ainsi illégaux leurs monopoles lucratifs sur l’App Store et le Play Store.

Apple et Google « sont confrontés à des pressions du monde entier pour ouvrir leurs systèmes », a déclaré Mark MacCarthy, expert de l’industrie technologique au groupe de réflexion de la Brookings Institution. AFP.

« Nous verrons comment le système réagit à cela et comment… efficacement ils peuvent continuer à fonctionner face à ces défis », a-t-il ajouté.

de Joshua Melvin avec Thomas Urbain à New York

.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂