dans

Analyse de The Falconeer pour Xbox Series X et PC

Les voyages en avion peuvent être agréables et merveilleux, mais dans cette revue du Falconeer, vous verrez que cela peut aussi être très ennuyeux et répétitif.

Il y a des jeux qui entrent par vue. D’autres pour le son et d’autres pour la nostalgie. Dans ce cas, nous parlons de celui qui s’intègre parfaitement dans le premier des types. Cependant, comme nous en avons discuté aujourd’hui dans le L’analyse Falconeer, les jolies choses ne sont pas toujours amusantes. Et malheureusement, nous sommes confrontés à un titre qui suit ce schéma.

Le jeu qui arrive sur toutes les Xbox et PC nous présente un monde large, beau et pittoresque que nous devrons survoler pour découvrir et accomplir des missions. Cependant, dès qu’on fait deux missions après le tutoriel (mal expliqué, d’ailleurs), nous verrons que la diversité brille par son absence.

Nous allons maintenant approfondir le jeu mais, comme nous vous l’avons dit, si vous pensiez qu’il s’agissait d’un The Legend of Zelda: Breath of the Wild mais avec de petits oiseaux, la vérité est que vous allez finir très déçu.

Voler je vais, voler je viens et en chemin je m’amuse

Le Falconeer consiste à voler et à aller d’un endroit à un autre. Jusqu’à présent, nous serons tous d’accord. L’excuse est que nous sommes un pilote de faucon et que nous devrons aider à protéger ce qui reste de notre empire. Pour ce faire, nous pouvons parcourir une immense carte qui consiste en un océan rempli de petites îles que nous pouvons explorer.

Dans ce monde si aquatique nous trouverons des sanctuaires, des colonies, des villes, des fortifications ou des zones de ressources où nous pouvons « interagir » avec ses habitants pour améliorer notre équipement et monter de niveau et ces choses qui sont maintenant appelées « système RPG ». Nous trouverons également de nombreux changements météorologiques partout où nous allons. Nous devrons traverser des tempêtes, des courants d’air ou des zones de chicha calmes pendant que le jour et la nuit progressent.

Tout cet ensemble donne quelque chose de très pittoresque et de beau. Et c’est vraiment l’une des grandes forces du jeu. Comme je l’ai déjà dit, il peut sembler que nous sommes confrontés à un souffle de la nature depuis les airs. Nous avons un vaste monde qui n’est bloqué par rien, des lieux à explorer et des interactions avec ses habitants. Cependant, ce qui fonctionne bien pendant les premières étapes du jeu il finit par devenir fastidieux et répétitif en un rien de temps.

Peu de variété

Le Falconeer, c’est voler. Oui, mais il s’agit aussi de se battre dans les airs et d’améliorer notre cavalier et notre monture. Cependant, la proposition que font les développeurs pour ce faire est basée sur une sorte d’agriculture répétitive et continue. Les missions que nous proposeront les habitants des forteresses, des mines ou des villes seront basiques et peu imaginatives. Allez d’un endroit à un autre, prenez un colis dans la mer ou éliminez des pirates. Comme je l’ai dit, toujours sous le même schéma.

la zone falconeer

Après deux ou trois missions égales, nous commencerons à comprendre que le jeu le fera encore et encore. Et bien sûr, malgré le fait qu’il existe de beaux endroits et une grande carte à explorer, si le gameplay n’accompagne pas la chose, cela devient fastidieux.

On pourrait dire que la maniabilité que nous offre notre monture et ce que nous pouvons faire dans les airs est aussi motivante… mais rien n’est plus éloigné de la vérité. Les mouvements que nous pouvons effectuer dans les airs ils sont assez rares et les armes et les manœuvres d’attaque sont très, très courtes. Oui, c’est vrai que nous pouvons améliorer certaines choses avec un niveau supérieur, pour ainsi dire. Mais c’est tellement lent que finalement ça finit aussi par être fastidieux.

Si nous ajoutons à cela un tutoriel vraiment néfaste Quand il s’agit d’expliquer les commandes de base et une histoire racontée d’une manière qui ne nous accroche jamais vraiment, le résultat est un jeu indéfinissable. Bien sûr, mais indescriptible.

Déconnecté de l’histoire

Le Falconeer concerne le vol et autre chose. Je pense que je me souviens qu’il y a une histoire qui nous emmène plus ou moins à travers des situations qui, à l’occasion, sont vraiment épiques. Cependant, la façon de le raconter et l’interaction avec le monde nous rendent très difficile de nous connecter avec lui.

Lorsque nous arrivons dans une ville, une colonie ou une forteresse, nous pouvons y atterrir et parler à certains habitants. Cela se fera toujours sur la base de petits menus puisque nos yeux ne seront jamais séparés du faucon ou de la monture que nous avons. Au début, de nombreux endroits seront interdits pour diverses raisons. Confiance, manque de ressources, etc. Toute excuse est valable pour nous faire aller ailleurs mendier des missions.

En fin de compte, lorsque vous en acceptez un, les détails en sont brefs et apparaissent brièvement dans les conversations qui ont lieu pendant que nous volons. Cela nous fait souvent perdre un peu de ce qui se passe et de ce qu’ils nous disent puisque nous devons être conscients de ce qui nous attaque ou de ce que nous devons prendre. Et je vous préviens déjà qu’il faut beaucoup de pratique pour pouvoir faire quelque chose de manière décente.

Cette combinaison de décisions malheureuses signifie qu’en fin de compte nous ne comprenons pas bien l’histoire et que le monde sous nos pieds n’est pas intéressant. Le manque de défis au-delà de la défaite des ennemis pour accéder selon quelles zones rend également l’exploration loin d’être satisfaisante.

le fossé du falconeer

En fin de compte, en bref, nous sommes confrontés à un très beau monde mais, malheureusement, il nous est complètement étranger.

Conclusions de l’analyse The Falconeer

Le Falconeer, c’est voler. Et un peu plus. Oui, il a RPG, il a des combats et il a de l’histoire, mais tout est très abandonné ou dispersé par la façon dont il est mis en œuvre. C’est un beau jeu, je ne peux pas le nier, et la façon de recharger des munitions et de faire quelques manœuvres est intéressante.

Mais quand vous jouez depuis une heure, vous voyez que le jeu n’offre pas plus de lui-même. Rien de plus que d’aller dans des endroits que vous n’avez pas visités, de prendre quelques missions qui sont les mêmes que les précédentes et de lire quand il s’agit d’histoire.

Malheureusement, quelque chose qui promettait beaucoup plus reste dans un jeu de lancement qui est beau et rien d’autre. Dommage car j’attendais beaucoup plus de lui.

analyse du falconeer

Analyse de The Falconeer pour Xbox Series X, voler je vais, voler je viens je viens

Nous aimons

Visuellement c’est très beau

Les scénarios et la façon de se recharger sont frappants

Ça peut être mieux

Répétitif

Monotone

Facile

Ai-je dit répétitif?

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • xbox Gears Tactics (Xbox Series X/Xbox One) -
    Gears Tactics est un jeu de stratégie survolté, qui se joue au tour par tour et qui se déroule 12 ans avant les événements du premier Gears of War. Les villes de la planète Sera commencent à tomber sous la menace monstrueuse de la Horde Locuste. Un groupe de survivants est tout ce qui se situe entre
  • ubisoft Assassin’s Creed : Valhalla (Xbox Series X/Xbox One) -
    Caractéristiques : ÉCRIVEZ VOTRE SAGA VIKINGS - Grâce aux mécanismes RPG avancés, vous pouvez déterminer vous-même la croissance de votre personnage et ainsi influencer le monde qui vous entoure. Chacun de vos choix vous nouez des alliances politiques et élaborez des stratégies de combat et des dialogues et
  • take-two NBA 2K21 - Xbox Series X -
    NBA 2K21 est le nouveau titre de la série mondialement célèbre et extrêmement populaire de NBA 2K, qui sait mieux que quiconque créer une expérience de jeu vidéo sportive. Grâce aux améliorations significatives apportées aux graphismes et au gameplay révolutionnaires, NBA 2K21 offre une expérience unique et