in

Analyse de Rustler – Crime organisé il y a 10 siècles

À quoi ressemblerait l’expérience médiévale de GTA? Puisque c’est, ni plus ni moins, ce que nous décrirons dans notre analyse de Rustler.

Oui, nous le savons, Rockstar a créé un genre qui a révolutionné notre façon d’interagir avec les mondes ouverts. Il n’est pas surprenant qu’au sein de la scène indépendante, ils se tournent vers l’éditeur américain pour reproduire sa formule. Cependant, le cas qui nous est présenté avec cette Analyse de Rustler c’est quelque chose de différent.

Rustler n’est pas « inspiré » par GTA, mais a pris cette franchise pour en faire une parodie ignoble et nous donner la réponse à la question suivante : à quoi ressemblerait un GTA dans un monde médiéval ? Eh bien, chers coupables, Rustler est cette chose même.

Guy, notre homme chauve particulier maléfique

L’histoire nous met aux commandes de Guy, un gamin qui n’est rien de plus qu’un petit voyou qui se consacre à faire des tours et à se saouler que même le Zagal de sa ville. Las d’une mère qui l’oblige à travailler les champs et d’une société qui ne reconnaît pas sa valeur car il est né paysan, il va commettre toutes sortes de méfaits pour se faire une réputation.

Et cela implique, dans la plupart des cas, de voler la propriété de quelqu’un d’autre, de kidnapper des chevaux, d’attaquer le patrimoine de la région et, bien sûr, de tuer ceux qui interfèrent avec notre ascension vers la gloire.

Parce que Rustler ouvre à nos pieds une ville médiévale bien structurée pleine de nuances, avec sa zone rurale cohérente par les routes typiques de terre et de pierre. Nous devrons l’apprendre comme le dos de notre main puisqu’il n’y a pas de trajets rapides et que les chevaux seront notre moyen de transport récurrent.

Analyse de Rustler
Les objets sont représentés au sol avec un ballon coloré qui fait le tour. Si cela vous semble familier, c’est normal. C’est la même manière d’afficher des objets de GTA III, Vice City et San Andreas.

Bon acier de Tolède

Si nous voulons être célèbres au Moyen Âge, nous n’avons pas d’autre choix que de manier l’arme à la main et de répandre la terreur. Donc, chez Rustler, nous avons un bon arsenal d' »outils » avec lesquels faire des ravages partout où nous allons.

La plus courante sera l’arbalète, qui nous permettra d’achever tous les gars intelligents à une distance de sécurité. Le revers de la médaille, c’est qu’il a besoin de se recharger et qu’il prend un temps précieux dont les rivaux vont profiter pour laisser nos visages marqués dans la boue.

Malgré tout, notre préféré est la faux, qu’avec un coup bien mesuré nous laisserons traîner même des messieurs bien équipés. Pour les adultes, on peut porter divers types de boucliers, haches, lances, épées et même un bâton avec lequel se faire la risée… jusqu’à y mettre le feu et ainsi effacer toute trace d’un sourire moqueur.

Et, comme cela s’est produit dans les épisodes de la saga Rockstar, ici, nous pouvons également tirer les poings nus pour nous défendre si le bonheur ne fournit pas d’autres ressources. Lorsque vous jouez avec un contrôleur, nous aurons un déclencheur pour bloquer les attaques de l’adversaire tandis qu’avec l’autre, nous pourrons frapper de bons crochets.

Analyse de Rustler
Le jeu est accompagné de textes en castillan dénonçant un niveau décent. Ils ne couperont pas un cheveu avec les clous.

Méchant dehors alors que la société prétend être de bons enfants de Dieu

Un contraste que j’ai adoré chez Rustler, c’est qu’on n’a aucune honte à semer le mal partout alors que ceux qui nous confient des missions ont des emplois ou des postes dignes du reste de la société médiévale.

Tel est le cas, qu’il ne sera pas surprenant de voir qu’un croque-mort réputé dans la communauté du quartier pour son travail spécial nous confie des tâches aussi malveillantes que se déguiser en la faucheuse et tuer des gens sans aucun patron, le tout avec le dans le but d’augmenter ses frais d’inhumation et avec elle ses revenus.

Rustler joue beaucoup avec ces doubles visages, où des personnages qui semblent plats au premier abord finissent par se révéler comme d’authentiques « iofrutras » qui se lavent les mains grâce à nous. Mention spéciale aux gardes de la ville, qui au moins voient-ils un fagot se lancer comme des bêtes sauvages piquer leurs épées et hallebardes sans se faire ronger par leur conscience.

Mais bon, le jeu narrativement est le plus qu’il nous offrira. Son histoire se transmet par des dialogues timides que nous allons engager avec les PNJ qui nous confient des missions et rien d’autre. C’est juste et suffisant. Surtout si on le compare aux premiers opus de GTA, mais il manque un peu plus de fille et de traitement narratif.

Au besoin, nous aurons de nombreuses activités différentes. Par exemple, nous pouvons prendre la voiture de notre maison et labourer le champ en échange d’argent.

Grandir et enrichir ou ils mangeront votre pain grillé

Un ajout que les jeux Rockstar n’avaient pas – du moins pas de manière évidente – et dont nous pouvons profiter dans Rustler, est l’arbre de compétences qui développera le potentiel de Guy dans toutes les facettes possibles.

D’une meilleure capacité à trotter à cheval et au déverrouillage de ses sous-mécaniques, en passant par des améliorations du combat qui feront de nous un tyran que personne n’osera tousser. Afin d’acquérir de telles améliorations, nous devons collecter des fers à cheval qui font partie des objets de collection du programme.

Ils seront cachés et dispersés sur toute la carte, bien que la majeure partie soit obtenue en accomplissant des missions. Plus nous avons de l’or. Avec lui, nous pouvons acheter des armes, de la nourriture pour restaurer la santé, des maisons et des tentes qui serviront de refuges et même payer des services en noir, comme la teinture de chevaux que nous volons pour que leurs propriétaires d’origine en perdent la trace.

Les œufs de Pâques arrivent très régulièrement. Un exemple est le graffiti, qui simule un graffiti pour protester contre n’importe quoi.

Beat Box pour la reine Elizabeth II

Une autre attraction de Rustler est la façon dont il mélange les tendances et les éléments de la culture urbaine contemporaine et les combine avec la sociologie médiévale sans se heurter. Voir des autoroutes avec des panneaux de signalisation pour les chevaux, des ménestrels rappant, des scribes donnant des nouvelles comme s’ils étaient à la télévision… Ils sont idiots mais très cool.

De plus, ils mettent l’accent sur l’ambiance comique acide que le titre gaspille beaucoup. Je ne sais pas, mais payer un ménestrel quelques pièces d’or pour prendre le train avec vous – bonjour, radio GTA – battre la boxe tout en s’échappant des gardes et en coupant des têtes en fuite est une expérience assez religieuse.

Et il n’y a pas de « doublage » en tant que tel dans le jeu vidéo, c’est le plus choquant. Les personnages font des murmures inintelligibles auxquels ils donnent rythme et intonation selon la situation. Une décision artistique qui peut être discutable mais à mon sens, elle se fond davantage dans son univers de kaffir débridé.

Nous n’aurons pas toujours à tuer tous ceux qui deviennent cool avec nous. L’intimidation est une autre des meilleures façons de se débarrasser des « pesaditos » d’en haut.

Eh bien, à la fin, ce chauve nous a aimés

Rustler s’est fixé pour objectif d’être un GTA avec une identité et de faire du médiéval son terrain pour ses méfaits et ses méfaits. La vérité est qu’il a réussi. Nous sommes face à un jeu vidéo très bandant qui va nous surprendre avec son cocktail d’humour acide, son décor si suggestif et ses missions folles.

Comme toujours, un serveur indique encore une fois qu’il n’est pas fan des caméras à perspective aérienne. Je pense qu’une troisième personne lui conviendrait mieux. Cependant, les performances du moteur Unity sont tout à fait louables pour nous donner un programme visuellement attrayant. Il est également assez robuste dans le domaine de l’optimisation.

Bien sûr, il n’est pas au niveau des grands AAA du genre sur le plan technique. Ce n’est pas non plus dans les autres domaines, mais compte tenu de l’originalité de sa proposition en tant que parodie et de la façon dont il la développe avec le peu qu’ils avaient sous la main, Rustler devient une option intéressante pour l’amateur de jeux en monde ouvert.

Analyse de Rustler

Analyse Rustler pour PC

Un cheval volé, repeint

Rustler est honnête et humble, mais il ne se prive pas d’être ce qu’il est : une parodie GTA très drôle et intelligente avec des mécaniques simples mais qui captivera la plupart des amateurs du genre. Nous avons été un avec Guy et avons apprécié ses méfaits. Tout est pour gagner quelques pièces qui nous permettent de nous rafraîchir la gorge avec une bonne bière.

Se propage

La fusion d’éléments contemporains et médiévaux

Son style d’humour tellement acide et connard

Carte intéressante et PNJ avec lesquels interagir

Ne se propage pas

L’intrigue n’aspire pas à grand chose

Le contrôle des chevaux peut parfois être atroce

Pics de difficulté rugueux

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂