in

Analyse de Death Stranding Director’s Cut pour PlayStation 5

Près de deux ans plus tard, le jeu de Kojima fait l’objet d’une refonte. Dans cette analyse de Death Stranding Director’s Cut nous vous en parlons.

Death Stranding était et est toujours une rareté à étudier. C’est pourquoi on se demande dans quelle mesure le slogan « director’s cut » est exact, puisque Hideo Kojima n’a jamais autant laissé sa marque sur un jeu vidéo. En fait, ce slogan n’aimait pas non plus les Japonais, comme il l’a déjà exprimé sur Twitter. Quoi qu’il en soit, nous vous apportons aujourd’hui le Critique de Death Stranding Director’s Cut.

Le studio de Hideo Kojima devrait être plongé dans le développement d’un autre jeu vidéo, car la vérité est que le contenu ajouté dans cette version de Death Strading semble quelque peu… vague. Sur notre chaîne YouTube, vous pouvez voir le contenu de la version originale de Death Stranding, ainsi que des opinions à ce sujet et quelques guides.

Tout meurt

Comme je l’ai dit au début, Death Stranding est encore une rareté à ce jour. Cela fait presque deux ans depuis son lancement et presque autant depuis mon dernier jeu et, en y revenant, j’ai encore vu à quel point ce jeu est unique et risqué.

Je pourrais continuer à parler de ses mécanismes, de la façon dont le jeu se connecte avec le joueur à travers son gameplay et de la façon dont Hideo Kojima explore un monde qui semblait plus réservé aux jeux indépendants. Mais je pense que la chose la plus correcte est que si vous voulez connaître le jeu en détail, passez par l’analyse que mon collègue Marcos Casal a écrite en son temps.

Quant à mes sentiments avec le jeu, je dois dire que depuis que j’y ai joué à l’époque, j’y ai pensé plusieurs fois. Et je l’ai fait parce que j’ai la certitude que je ne jouerai jamais quelque chose de similaire. C’est un jeu qui m’a laissé cette marque indélébile que seules les grandes œuvres peuvent réaliser. Car Death Stranding est une œuvre bien plus qu’un produit et, peut-être, c’est le principal problème de ce Director’s Cut, qui se veut un produit pour ceux qui n’ont pas su apprécier l’œuvre. Satisfaire les utilisateurs qui se sont plaints de combats médiocres ou de mécanismes pas très amusants. Et c’est bien dommage, car les ajouts sont totalement dispensables et cherchent à ajouter une série de tropes jouables dont, franchement, je n’avais pas besoin.

Death Stranding Director's Cut 1 critique
L’œuvre originale reste une expérience inoubliable

La gamification du travail

Et c’est que les principales nouveautés de ce Director’s Cut, sont principalement liées à l’ajout d’une série de tropes jouables qui contribuent peu au travail. Je parle de rampes folles pour faire la chèvre avec la moto, de robots qui nous suivent partout où nous allons ou d’un circuit de course qui me semble la plus grande offense que l’on puisse faire à un jeu vidéo où la conduite est si régulière. Mais allons-y par parties.

Death Stranding Director’s Cut ajoute une série de jouets pour rendre la vie un peu plus facile pour le joueur. Ou au moins la moitié, car honnêtement, je ne pense pas qu’ils assombrissent trop l’expérience. Des structures comme la catapulte ou le pont chiral ont une utilité très situationnelle, et personnellement, je ne pense pas que nous les utiliserons à bon escient.

Par exemple, la catapulte consomme beaucoup de ressources du réseau chiral, et le lancement qui nous permet de faire notre charge ne dépasse pas quelques mètres. Nous nous rendrons compte qu’il est beaucoup plus facile d’accrocher la surcharge que nous transportons à un traîneau et de la faire glisser, comme dans le jeu original. Le pont chiral… Je n’en vois pas l’utilité s’il y a des escaliers, puisqu’il couvre à peu près la même distance et la même largeur.

Un ajout qui me semble un aboutissement de l’absurdité est celui des rampes de lancement. Ils n’ajoutent rien au jeu, sont extrêmement situationnels et, en raison d’un mauvais contrôle du véhicule, difficiles à utiliser.

D’autres nouveautés à souligner sont le jetpack et le robot qui nous accompagne. Concernant le premier, peu de choses peuvent être dites. Nous ne pourrons pas voler avec, nous pourrons simplement sauter dans le vide et arrêter la chute avec. Bref, il a plus une fonction parachute qu’autre chose et l’équiper, c’est utiliser la quasi-totalité du sac à dos, ce qui au final sera plus contre-productif qu’utile.

Le robot qui nous suit est utile et peut casser un peu l’expérience. C’est comme un traîneau intelligent qui nous suit partout avec notre charge. On peut même se séparer beaucoup de lui pour qu’il finisse par nous trouver et arriver là où nous sommes. On peut même le monter pour que Sam puisse se reposer. Bien sûr, l’utiliser nous fera gagner moins de points dans notre distribution. De tous les ajouts, c’est peut-être celui qui casse le plus l’expérience.

Une moto avec un support de charge supplémentaire, un exosquelette qui nous aide à maintenir l’équilibre ou une batterie supplémentaire améliorée sont d’autres ajouts qui sont là, ils ne dérangent pas, ils facilitent un peu les choses mais ils ne cassent pas l’expérience de jeu.

Le point négatif absurde et ridicule est l’ajout d’un circuit automobile. Je ne veux pas m’étendre beaucoup plus sur quelque chose qui me semble manquer de respect au monde de Death Stranding, mais fondamentalement, nous pourrons construire un circuit de course dans lequel courir avec les véhicules habituels et quelques nouveaux, afin de rivaliser contre notre temps. .

Une série de missions ont également été ajoutées dans le plus putain de style VR Metal Gear Solid, où nous pouvons rivaliser avec le temps des autres joueurs, ainsi que tester les armes que nous avons et les nouvelles, comme le canon maser, étourdissement chanceux pistolet qui étourdit les ennemis.

Je vais faire une brève réflexion à ce sujet de cette façon. Dans l’original Death Stranding, lorsque Sam a reçu une nouvelle arme, nous avons été invités à la tester au combat. Cela a généré des niveaux de stress considérables pour le joueur, car devoir affronter les véhicules électriques que vous fuyiez depuis si longtemps, signifiait briser la peur et nous surpasser en tant que joueurs dans un monde hostile. Voilà, avec la zone d’entraînement, c’est fini. Et c’est dommage.

De nouvelles couches de personnalisation, le contenu PC de Half-Life et Cyberpunk, de nouvelles routes, des combats de boss répétés, de nouvelles armes, des combats améliorés… la vérité est que le nouveau contenu n’est pas court. Le problème, peut-être, est le peu d’utilité ou de besoin de ce contenu. Pour le joueur néophyte il y a des ajouts qui se débloquent petit à petit et cela a bien plus de sens que pour le joueur qui continue sa partie après la fin. Bien sûr, voir tout le nouveau « petit » contenu nous prendra quelques heures.

Enfin, mentionnons que nous aurons maintenant une série de missions qualificatives qui nous mettront en compétition avec d’autres joueurs pour le meilleur score. Et bien, dans un jeu où la solitude et aider les autres est la base principale de leur existence, ces choses sont superflues. Ils ne s’en soucient pas, mais ils ne contribuent pas non plus.

Critique de Death Stranding Director's Cut 3
La nouvelle route évitera l’une des zones les plus compliquées du jeu, mais il sera difficile de la terminer

Agrandissement de l’original

Les nouvelles missions d’histoire qui ont été ajoutées sont peut-être les plus attrayantes pour les joueurs vétérans. Le joueur qui a déjà terminé le jeu recevra un message et pourra faire les missions d’affilée, puisqu’elles se déroulent toutes dans la même zone dans la première région de la carte. Cependant, le nouveau joueur recevra ces missions petit à petit.

Eh bien, la vérité est qu’ils se sont avérés un peu décevants. L’histoire qu’il cache n’est pas trop pertinente et le gameplay qu’ils proposent non plus. C’est drôle de voir les clins d’œil effrontés à Metal Gear, mais au-delà de cela, cela n’ajoute pas grand-chose à part ajouter un peu d’histoire à l’héritage du jeu.

Critique de Death Stranding Director's Cut 4
Les nouveautés narratives sont un peu rares

D’autre part, le jeu a amélioré ses menus, étant plus intuitifs et clairs. Nous pouvons maintenant supprimer les icônes de la carte, voir quelles structures sont endommagées, ainsi qu’une boussole améliorée. De nouvelles missions ont également été ajoutées qui nous aideront à explorer une facette du jeu qui semble avoir été oubliée dans l’original : l’élimination des cadavres. La vérité est que toutes les excuses sont bonnes pour continuer à se perdre sur les routes.

Je tiens également à souligner que certaines des structures que nous avons créées auront disparu (pas toutes). C’est pénible pour ceux d’entre nous qui avaient un réseau de tyroliennes parfaitement conçu, mais cela sert aussi d’excuse pour revenir passer des heures à réparer les dégâts. Si vous avez aimé l’original, vous en voudrez plus.

Quant à la partie technique, rien de plus à dire. Le jeu passe à 60 fps dans toutes les options, les différences sont donc minimes. L’utilisation des déclencheurs est limitée lorsque Sam porte une charge excessivement lourde, ce qui nous coûtera plus cher pour maintenir l’équilibre lorsque nous les pressons. La vibration et le son de BB ont été améliorés.

Conclusion

Death Stranding Director’s Cut est la meilleure version pour jouer à un jeu qui devrait être obligatoire pour tous les joueurs. Le joueur qui reviendra vers lui trouvera une version plus accessible pour ses menus améliorés, et plus variée face à de nouvelles situations. Les compléments ne facilitent pas excessivement ou n’interrompent pas l’expérience de livraison. En revanche, les classements, les courses ou le mode entraînement ne rendent pas service à un jeu qui traite d’autre chose, qui n’a jamais cherché à gamifier une expérience personnelle et intime.

Critique de Death Stranding Director's Cut 5
Malgré ses échecs, il reste un incontournable pour tout joueur

Ainsi, le joueur vétéran trouvera une excuse parfaite pour revenir à un jeu qui a probablement marqué un avant et un après dans sa vie de joueur. Bien sûr, rien de nouveau que vous trouverez ici ne sera comparable à ce que le jeu de base vous a offert. En d’autres termes, si vous voulez y retourner, c’est le meilleur moment pour le faire, mais vous ne manquerez rien si vous ne le faites pas.

Cette critique de Death Stranding recherche une gamification inutile et a le goût de rechercher des retours commerciaux plutôt que d’étendre l’œuvre originale. Cependant, il m’est impossible de ne pas recommander à l’infini un jeu unique qui a fait tant de choses à son époque. Ainsi, il est impossible de ne pas recommander une version qui, malgré ses petites choses, améliore tout par rapport à l’original et, ce qui la ternit, est facilement évitable. Si vous n’avez pas joué à Death Stranding, vous devez le faire.

Critique de Death Stranding Director's Cut

Analyse de Death Stranding Director’s Cut pour PlayStation 5

CONCLUSIONS

Death Stranding Director’s Cut est un jeu essentiel pour quiconque ne joue pas à l’original. Si vous avez déjà joué à l’original, vous ne trouverez rien qui vous encourage à revenir au-delà de votre propre désir de voir le nouveau contenu narratif rare. La personnalisation et les facilités jouables offertes par le jeu ne brisent pas excessivement une expérience unique qui peut être vécue comme dans l’original. Par contre, l’envie de gamifier un travail qui n’en avait pas besoin, oui ça peut ternir l’expérience du joueur, car si quelque chose n’avait pas besoin du jeu de Hideo Kojima c’est la compétition ou les courses.

ÇA VA

Death Stranding sera l’un des meilleurs jeux auxquels vous pouvez jouer aujourd’hui.

Les additifs ne dérangent pas et ne rendent pas la vie trop facile.

Graphiquement c’est toujours aussi spectaculaire, et ces 60 fps sur PS5 sont appréciés.

L’envie de redécouvrir ce qui vous a tant marqué.

Découvrir tout ce qui est nouveau nous prendra de nombreuses heures.

TAMALE

Certains ajouts, comme le circuit ou l’âme compétitive de certaines commandes, remettent directement en cause le jeu d’origine.

La nouvelle mission n’apporte pas grand chose et n’est pas indispensable.

Si vous avez déjà joué à l’original, toutes les nouveautés arrivent en même temps et sans trop de contexte.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Final Fantasy VII : Remake
  • Tout l'art de Death Stranding
  • Death Stranding
    Le légendaire créateur de jeu vidéo Hideo Kojima revient avec une toute nouvelle expérience absolument unique en son genre sur PlayStation4. Affrontez un monde radicalement transformé par le Death Stranding. Transportez les vestiges dissociés de notre futur et embarquez dans une aventure pour reconnecter, pas après pas, un monde détruit. Alors que des créatures mystiques envahissent le paysage et qu'une extinction massive est imminente, Sam Porter Bridges doit voyager à travers les terres dévastées pour sauver l'humanité de l'annihilation. Quel est le mystère du Death Stranding ? Que découvrira Sam au cours de son périple ? Découvrez ces réponses et bien plus dans une expérience de gameplay sans précédent. Avec Norman Reedus, Mads Mikkelsen, Léa Seydoux et Lindsay Wagner.