Chine : Intelligence (pas) Artificielle

Vous avez lu dans les fils d’actualités que SenseTime était devenue la plus ‘grosse’ startup dans l’IA au monde. Ok. Il en fallait bien une. Mais allons plus loin sur le sujet de l’IA en Chine, en piochant des infos issues d’un article de la  MIT Technology Review :

Valse à 3 temps. 1er temps, la Chine s’est ouverte (Zones Economiques Spéciales) et est devenue en quelques décades l’atelier du monde ; 2ème temps, en 2018 le 1/3 des robots mondiaux seront utilisés en Chine ; 3ème temps, le gouvernement vient de lancer un plan de plusieurs dizaines de milliards de $ dans l’Intelligence Artificielle. Sans être sino-expert vous savez ce que signifie un plan conçu, décidé et appliqué par le gouvernement chinois.

Les BATX (Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi) n’ont plus rien à envier au GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) à la fois en termes de CA, taille… mais aussi en termes de capacité d’investissement dans l’IA. Les chinois ont, à tort ou à raison, un sentiment de revanche à prendre ou du moins un besoin de reconnaissance de leur puissance (être #1 devant les US est une réelle motivation).

Les diplômés chinois ne partent plus dans la Silicon Valley mais dans les tech-compagnies locales et les diplômés US d’origine chinoise retournent au pays (cf Qing Luan, ancienne développeuse chez Microsoft maintenant Directrice de la Réalité Augmentée chez…. SenseTime).

Contrairement aux pays, disons occidentaux pour simplifier, la Chine peut accumuler des data sans les restrictions éthiques de nos démocraties. Et la récolte de ces data se fait à l’échelle du pays (1,4Mds de chinois – et nous et nous et nous). La data est l’un des éléments clés de l’IA (l’autre étant bien sûr la qualité des data-users). Exemple : la Chine est devenue le numéro 1 de la reconnaissance faciale qui permet dès à présent d’identifier les travailleurs au bureau, les consommateurs dans les magasins et les utilisateurs des mobile app.

SenseTime donc… Laissons la conclusion à son créateur Xiaoou Tang, qui explique que le nom de sa compagnie vient d’une traduction phonétique de la dynastie Shang :

“La Chine dominait le monde au temps des Shang. Et dans le futur, elle le dominera de nouveau grâce aux innovations technologiques.”

Tout est dit…

1+

Nous rejoindre