Le Professeur Hassan Ugail de l’université de Bradford et son équipe ont mené l’enquête.

A partir de 49 points de repère positionnés essentiellement autour des yeux, de la bouche et du nez,
ils ont étudié les transformations d’un visage induites par un sourire. Combien de points de repères se déplaçaient et à quelle vitesse.

En appliquant les résultats au genre, ils ont identifié une différence : les femmes ont un sourire plus expressif, plus large.

En bons chercheurs, ils ont créé un algorithme permettant un taux d’identification du genre de 86%.
Mais ils sont maintenant bien embêtés car ils ne savent pas… quoi faire de ce résultat et de leur algorithme.

Si vous avez une idée pertinente ?

Similar Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *