Les dealers de cannabis devraient penser à vendre (aussi) des cookies

S’il est une évolution de la législation que les géants de la distribution doivent suivre avec attention, c’est bien celle concernant la légalisation de la vente/consommation du canabis (et autres produits procurant du THC ou du CBD). Car oui, les fumeurs de joints consomment plus de produits à haute teneur en calories que d’autres population.

L’effet fringale

C’est un effet connu de la consommation du cannabis, celui de la fringale qui saisit le fumeur de joint après qu’il a écrasé son mégot dans le cendrier. Une irrépressible envie de manger et surtout d’absorber des calories, beaucoup de calories.

Ainsi le Dude (The Big Lebowski) ne peut se passer de boire quelques verres de White Russiant – 50% de vodka pour 20% de liqueur de café et 30% de lait – boisson hautement calorique comme on peut le comprendre.

Michele Baggio et Alberto Chong, deux chercheurs de l’Université du Connecticut, ont établi un lien indéniable entre légalisation du marché du cannabis et augmentation de la consommation de junk food.

Pour ce faire, ils ont croisé des datas sur les ventes de glaces (à l’américaine… pas le sorbet citron vert de votre glacier préféré), de chips et de cookies et les dates de légalisation de la vente/consommation de cannabis (et marijuana et consœurs) dans 3 états nord-américains (Colorado, Oregon, Washington).
Leur analyse révèle que la légalisation a entraîné une augmentation des ventes de 3,1% pour les glaces, 4,1% pour les cookies, 5,3% pour les chips, et ce immédiatement après l’ouverture du marché. Et si les ventes de glaces et chips se sont tassées par la suite, celles de cookies restent sur le long terme très élevées.
Pourquoi les cookies ? That is the question.

0