Le Pew Research Center nous livre une étude intéressante sur le sentiment nationaliste, anti-immigration et anti-minorités-religieuses en Europe occidentale (chiffres 2017). Résultats à prendre en compte pour :
– comprendre combien notre Europe n’est pas homogène,
– analyser le résultat des dernières élections nationales (Italie par exemple),
– s’interroger sur l’un des thèmes qui fera les prochaines élections européennes de 2019,
situer la France vis-à-vis de ces voisins.

Tout d’abord il a été demandé aux Européens de se positionner (de 1 à 10) sur 22 propositions simples (et directes…) :
– j’accepte un musulman comme voisin,
– le nombre des immigrés doit être réduit,
– les juifs privilégient leur intérêt personnel au détriment de celui de leur patrie
(…)
Les réponses sont agrégés pour obtenir un chiffre unique par pays.

Swedes score lowest on scale of nationalist, anti-immigrant, anti-religious minority attitudes (NIM); Italians the highest

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La réponse aux 22 questions permet  de comprendre nos différences (et nos ressemblances). Nous ne vous communiquons ci-après que des résultats partiels vous laissant découvrir les résultats complets si vous le souhaitez.

Accepteriez-vous un juif ou un musulman comme membre de votre famille

 

Êtes-vous fier d’être ‘national’ (i.e. français, autrichien…) et d’être Européen :

Quels sont éléments importants pour être ‘national’ (i.e. français, autrichien…) :

Nous ne sommes pas parfaits mais notre culture est supérieure :

Le nombre d’immigrés doit-il être réduit, maintenu, augmenté (l’Italie ressort à un niveau singulier, n’oublions pas qu’ils ont accueilli 720.000 migrants entre mi-2010 et mi-2016) :

 

Les immigrés travaillent dur (sauf en Europe du Sud) :

 

Les immigrants sont honnêtes mais avec des disparités :

 

La compatibilité de l’Islam avec la culture nationale est diversement appréciée :

 

Il ne sert à rien de pratiquer la politique de l’autruche. La France, ses voisins, l’Europe Occidentale sont ainsi. Et il manque à ce panorama la Pologne, la Hongrie…. Les élections européennes de l’année prochaine seront cruciales, il est important de savoir ce que ressentent les électeurs en craignant qu’un discours populiste ne soit plus efficace qu’un discours pédagogue et bienveillant.

Similar Posts