De nombreux articles ces derniers temps nous relatent l’extra-ordinaire chose que serait une œuvre peinte par une Intelligence Artificielle (IA). Et le temps étant de l’argent (pour certains l’argent des autres…) une vente aux enchères vient de ‘prouver/avérer/nous forcer à croire’ qu’un tel objet est exceptionnel.

Pourtant non seulement une Intelligence Artificielle est incapable de créer (acte premier et essentiel) mais, finalement, elle ne fait qu’appliquer une méthode. Le site Axios nous en fait la démonstration à partir d’une œuvre commandée par le New York Times dont le sujet est de demander à une IA de peindre une IA, comprendre peindre un auto-portrait.

1/ Le Choix de ce qu’il faut dessiner. L’IA (pour faire simple un algorithme) a lu environ 3.000 articles du NYT sur l’IA. Elle en a extrait les 30 concepts les plus marquants tels que la robotique, la voiture autonome, l’informatique. Elle a  a ensuite sélectionné les 10 concepts les plus représentatifs et a finalement choisi de peindre un robot serrant la main d’un être humain.

2/ Pour déterminer l’image représentative de ce concept elle a étudié un millier d’images existantes et appliqué la méthode dite des Réseaux Antagonistes Génératifs  (classe d’algorithmes d’apprentissage non-supervisé permettant de générer des images avec un fort degré de réalisme).

3/ Pour coller au style du NYT, l’IA a analysé les images utilisées par le journal pour mettre au point un design singulier.

Évidemment nous ne discutons ni du goût ni des couleurs et vous laissons apprécier le résultat par vous même.

A framed painting of a robot hand meeting a human hand on a blank wall

Ce qui importe c’est de bien comprendre que l’œuvre ainsi peinte n’a pu l’être, et ceci est valable pour chacune des trois étapes, qu’à partir d’un matériel créé lui par un être humain. Ce que reconnaissent d’ailleurs les p’tits gars d’IBM ayant participé à ce projet :

“La créativité elle-même – ce saut de la pensée ou de l’imagination pour créer quelque chose de complètement nouveau, différent et précieux – est encore une capacité essentiellement humaine.”

Et le fait que le robot serre la main d’un humain avère que l’IA – selon elle-même – a besoin de l’humain. A moins que ce ne soit un piège de l’IA pour nous faire croire qu’elle n’est pas encore parfaitement autonome….?

Similar Posts