La Chine développe une flotte de sous-marins autonomes dont les missions seront de surveiller et détruire d’autres navires et sous-marins. Ces engins seront opérationnels d’ici 2020  selon le South China Morning Post.

Les mers sont devenues la nouvelle “aire de jeux des superpuissances” se concurrençant pour repérer et exploiter les énormes quantités de ressources naturelles et d’énergie sous-marines. L’une des zones les plus contestées est la mer de Chine méridionale. Ces sous-marins y seront déployés pour aider à contrer les efforts des puissances occidentales qui essayent de lutter contre la militarisation par la Chine de cette zone stratégique.

Propulsé par des moteurs diesel-électriques assurant une autonomie de plusieurs mois, ces sous-marins sont conçus pour fonctionner avec peu ou pas d’interaction humaine.

Ils s’appuieront sur l’intelligence artificielle pour les aider à prendre des décisions, y compris naviguer dans les eaux encombrées et éviter la détection. Ils ne remplaceront pas les sous-marins ‘humains’, mais ils sont conçus pour travailler à leurs côtés. Ils peuvent déployer des mines et agir comme leurres pour les sous-marins ennemis.

Et ils pourraient même aller un peu plus loin. “il peuvent même effectuer des attaques Kamikaze,” confie un chercheur chinois au SCMP.

La Chine n’est pas la seule à construire des véhicules sous-marins autonomes.

Ainsi la US Marine a développé un “chasseur de sous-marin” pour faire face au problème de l’expansion rapide des sous-marins chinois. Équipé de capteurs et radars, il utilise également l’intelligence artificielle pour l’aider à fonctionner indépendamment pendant des mois. À l’aide de signatures sonores et d’images, il peut comparer sa cible à des engins précédemment identifiés et utiliser cette information pour prendre des décisions. La Russie a également commencé à développer son propre VSA-Short pour les véhicules sous-marins autonomes. La différence ? Les sous-marins russes seront capables d’embarquer des ogives nucléaires.

Similar Posts