Vous êtes traders ? Vous n’aimez pas le football ? Alors vous allez gagner beaucoup d’argent dans les prochaines semaines. Plus exactement pendant toute la durée de la Coupe de Monde de Football qui commence cette semaine.

Pourquoi ? Tout simplement parce que vous allez prendre en compte les résultats d’une étude réalisée par deux économistes des Banques Centrales Européenne et Néerlandaise (respectivement Michael Ehrmann et David-Jan Jansen).

Jouer (i.e. travailler) sur les marchés financiers requière une attention soutenue. Or l’attention est une ressource limitée (cf. modèle Kahnemann – 1973). Toute perturbation de cette ressource peut altérer l’efficacité d’un individu et du collectif dans lequel il s’exprime.

En mettant en regard date/heure/résultats/événements des matchs de football des deux dernières Coupes du Monde et activité/qualité des prises de décisions des acteurs des marchés financiers, les deux économistes cités ont mis en évidence une corrélation qu’ils ont réussi à matérialiser sous la forme d’une équation :

Ainsi, en 2014, pendant les matchs d’une équipe nationale, les volumes d’activité sur le marché financier domestique chutaient de 48% en moyenne (36% pour la coupe du monde de 2010).
Ainsi encore, un but (qu’il soit marqué ou encaissé par l’équipe nationale) se traduisait par une baisse supplémentaire de 10% de l’activité.
Toujours d’après l’étude, il fallait entre 30 et 60 minutes après le coup de sifflet final pour que l’activité retrouve son niveau normal.
De même, les auteurs démontrent que pendant un match les variations des indices nationaux subissaient une décorrélation de 21% par rapport aux indices globaux. Leur intuition est la suivante : chaque nouvelle impacte les marchés (annonce du taux de chômage par exemple). La nouvelle est connue par tous les acteurs au même instant. Mais les supporteurs d’une équipe nationale en train de jouer, marquant un but, seront distraits et ne prendront en compte la nouvelle qu’avec un décalage voire avec une altération – euphorique ou déprimante – selon l’humeur des individus.

La France ne jouera, au mieux, que 7 des 64 matchs de la Coupe du Monde qui commence jeudi 15. Cela vous laisse 57 matchs pour appliquer les leçons de cette étude. Bon spiel.

Similar Posts