Des chercheurs de l’Université de Californie San Francisco (UCSF) ont réalisé une étude pour déterminer si l’utilisation des réseaux sociaux pouvait avoir un impact positif auprès de jeunes adultes pour les inciter à arrêter de fumer.

Ils ont réuni 500 personnes représentant la population US : 45% hommes, 73% blancs, 87% fumeurs quotidiens, 21 ans moyenne d’age.

Un groupe Facebook privé a été créé, posts quotidiens, séances de questions/réponses hebdomadaires, discussions hebdomadaires avec un conseiller, programme d’une durée de 90 jours.

Comparé à des programmes similaires – réalisés online – mais sans l’utilisation d’un média social, ce test a obtenu des résultats significativement positifs : 8,3% d’abstinence vs. 3,2% pour les programmes online sans médias sociaux.

Pour la professeure Danielle Ramo de l’UCSF cette étude est très intéressante :
– de part les résultats
– mais aussi parce qu’il a permis de toucher une population qui n’est pas celle qui s’engage généralement dans ce type de protocole. Or pratiquement tous les fumeurs ont commencé à fumer avant 26 ans.

On souhaite voir se multiplier ce genre d’initiatives.

Similar Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *