Après notre chronique ‘les trésoriers sont-ils en train de rater la révolution technologique en cours ?‘, nous voulions aller un peu plus loin et partager quelques idées sur la digitalisation de la fonction de trésorier. Pour ce faire nous partons de deux articles publiés sur le site The Global Treasurer dont nous ne pouvons que vous recommander la lecture.

Pour commencer, détaillons quelques utilisations concrètes des technologies déjà à disposition d’un trésorerie 2.0 :

1/ Utilisation de la techno blockchain pour enregistrer et prouver des relations contractuelles (notion de smart contracts). Cette ‘fonction’ de la blockchain offre la possibilité de dématérialiser les dossiers/contrats et ce pour les deux parties impliquées.

2/ La blockchain peut aussi être utilisée pour enregistrer en temps réel des transactions telles que des paiements transfrontaliers. Un exemple de ceci est RippleNet, un mécanisme de transfert transfrontalier alternatif à SWIFT.

3/ Les puces GPS ou des objets connectés (IoT) permettent le suivi des marchandises facilitant le financement automatisé du BFR aux différents points de la chaîne d’approvisionnement. Autrement dit, il est possible de relier les Supply Chains ‘Produits’ et ‘Finances’.

Comprenant les intérêts des nouvelles techno le trésorier peut devenir une force de proposition sur différents sujets :
1/ En partenariat avec le Marketing et la Logistique, proposer des solutions de paiements pertinentes pour améliorer la relation avec les clients et les fournisseurs

2/ Faciliter les ventes online et améliorer l’Expérience Utilisateur grâce aux nouveaux modes de paiement innovants et alternatifs (ApplePay, Paypal, WePay…)

3/ Améliorer la gestion des ventes multi-pays, multi-devises grâce aux techno ‘Paiements Instantanés” et ‘FX’. Ce qui est surtout sensible pour les sites online et les marketplace.

 

Quelques pistes de digitalisation possible :

1/ Automatisation du process FX end-to-end en utilisant les technologies Robotic Process Automation (RPA) :
– agréger les demandes de couverture des change des unités commerciales,
– lancer une demande de cotation sur une plate-forme de trading FX (tels que 360T, FXall ou Bloomberg FXGO),
– exécuter le deal dans le respect des ‘cours’ définis,
– gérer le process confirmation/livraison.

2/ Automatiser d’autres process répétitifs avec des RPA pour :
– contrôler les signataires pour les paiements RH,
– agréger les prévisions des Business Unit,
– hiérarchiser les paiements pour exécution au sein de la Payment Factory,
– réconcilier les data issues des relevés de comptes vs. les data enregistrées dans le TMS ou l’ERP (pour valider les frais bancaires),
– surveiller les tendances du marché et lancer une alerte ou une demande d’exécution lorsque un niveau de déclenchement est atteint.

3/ Utilisation d’outils de prévision comportementale qui «apprennent» à mieux anticiper au fur et à mesure qu’ils accumulent des données sur des modèles historiques (la date de valeur des chèques étant par exemple un des angles morts du Cash Forecasting).

 

Pour finir les conseils de The Global Treasurer pour élaborer une Roadmap Digitale :
1/ Choisir quatre à cinq domaines clés pouvant être améliorés (soit pour le business model actuel soit pour un nouveau business model),

2/ Déterminer les compétences humaines et les capacités requises pour réaliser ces améliorations,

3/ Choisir les techno nécessaires,

4/ Établir un échéanciers des livrables.

Roadmap qu’il est préférable de suivre en mode «agile» : apprentissage, exécution. Apprentissage des erreurs, et progressivement, construction d’expertise dans les domaines les plus pertinents pour la trésorerie.

 

 

Similar Posts