Jeune chinoise de 25 travaillant dans une startup de Shanghai, Lilas veut sortir avec un ‘petit chiot’, parce que, comme elle le dit, il serait «l’exact opposé des gars autour de moi, y compris mon petit ami ».

En Chine, un ‘petit chiot’, ou 小奶狗 (xiǎo nǎigǒu), fait référence à un homme plus jeune que sa petite amie, dont les qualités sont d’être simple, naïf, attentionné et surtout, loyal et collant. Tout comme un animal de compagnie.

“Jolie sœur qui m’achète de la nourriture”

Au cours des dernières décennies, la figure masculine idéale aux yeux des femmes chinoises a évolué avec la pop-culture. Dans les années 1980 et 1990, l’image machiste incarnée par le défunt acteur japonais Ken Takakura  était toute en virilité (Ken Takakura était l’acteur principal du film de 1976 Manhunt, premier succès étranger sur les grands écrans chinois après la révolution culturelle).

Cette image a cédé la place dans les années 2000 à un goût pour les hommes avec des cheveux longs et des chemises à fleurs, en grande partie grâce à l’influence de séries telles le drame taïwanais Jardin de météores, qui a engendré F4, l’un des groupes de garçons les plus populaires d’Asie.


Aujourd’hui, l’industrie chinoise du divertissement célèbre la “petite viande fraîche” en tant que prototype masculin, qui décrit de jeunes idoles avec une silhouette mince, la peau impeccable, et utilisant du maquillage.

Plus récemment, les ‘petits chiots’ connaissent un pic de popularité grâce à des séries TV qui présentent des relations entre des femmes âgées et des jeunes hommes. L’un d’eux est le drame coréen Quelque chose sous la pluie, qui est traduit en chinois par ‘Jolie sœur qui m’achète de la nourriture’. Une autre série est l’adaptation du manga japonais Tu es mon animal de compagnie, une femme accueille un sans-abri vivant dans une boîte en carton devant sa porte, et – fatalement – elle tombe follement amoureuse de lui. Inspiré par le titre de cette série, les internautes chinoises ont commencé à classer leshommes en plusieurs catégories :

  1. 小奶狗 (xiǎo nǎigǒu): ‘petit chiot’, un jeune homme beau, loyal et collant,
  2. 小狼狗 (xiǎo lánggǒu): ‘chien petit loup’ un jeune homme beau, loyal et protecteur,
  3. 老狗逼 (lǎo gǒubī): ‘le vagin du vieux chien’, un homme peu attirant, visqueux, plus âgé.


L’intérêt de sortir avec un ‘petit chiot’

Un post de blog virale (lien en chinois) publié en mars, intitulé «C’est si doux de sortir avec un ‘petit chiot’! ” témoigne de plusieurs expériences : l’une exige que son petit ami dorme toujours face à elle en ne cessant de la caresser, un autre se vante que son ‘chiot’ la complimente toujours qu’elle porte ou non du maquillage, une troisième explique que son ‘petit chiot’ écrit dans un cahier toutes les choses qui ont pu la mettre en colère pour qu’il ne les refasse plus.

La montée en puissance des femmes

La popularité des ‘petits chiots’ défie les conventions culturelles. Les chinois désiraient traditionnellement des mariages bien appariés en termes de richesse, d’éducation et de classe sociale.

L’intérêt grandissant pour les ‘petits chiots’ est en partie le reflet de l’évolution du statut socioéconomique des femmes en Chine. Une enquête menée début 2018 a révélé que même si les femmes chinoises gagnent, en moyenne 22% d’argent de moins que les hommes, l’écart se réduit rapidement. Les chinoises vivant dans les grandes villes se soucient de moins en moins de trouver un ‘bon mari’, au moins en termes de richesse.

Il y aurait 200 millions de célibataires en Chine, le mariage séduit de moins en moins et le taux de divorce augmente. Dans les grandes villes, de plus en plus de couples choisissent de ne pas avoir d’enfants.

Nous n’avons, hélas, pas de témoignages en provenance de petits chiots nous permettant d’avoir la vision côté ‘homme’  (pourquoi, quel plaisir, quel quotidien….).

Chronique rédigée à partir d’un article de Quartz.com

Similar Posts