Le Japon fait face à un grave problème que nous nous devions de vous révéler : le manque de personnel qualifié (départ à la retraite) pour la production de Saké. Ainsi dans la préfecture d’Hanamaki il y avait 241 brasseurs de Saké en 2006. Ils ne sont plus que 182 en 2017.

Nanbu Bijin Président de la société Kosuke Kuji a peut être trouvé la solution : utiliser l’Intelligence Artificielle. Précisons que Kosuke Kuji produit un des meilleurs saké au monde (vainqueur du International Wine Challenge 2017 dans la catégorie saké), et exporte sa production dans 28 pays.

L’IA sera utilisée lors d’une des phases cruciales de la production : la macération du riz. Après avoir été poli, le riz est lavé dans l’eau pour en retirer le son puis laissé à tremper. Quand le grain a absorbé 30% de son poids en eau, il en est retiré puis cuit à la vapeur pendant environ une heure.
L’art de la macération, sous la responsabilité du Toji, demande des années d’expérience car si le taux d’absorption de l’eau par le riz varie ne serait-ce que d’un pourcent, le goût du saké est altéré. L’IA permettra de prendre des photos de l’absorption toutes les secondes et ainsi de constituer une base de données servant à des analyses ultérieures.

De quoi donner des idées à nos Maitres de Chais.

En illustration une concubine servant du saké au Prince Genji

Similar Posts