Sam Basil, Ministre de la Communication de Papouasie-Nouvelle Guinée (8M hab.), vient de l’annoncer, Facebook va être débranché pendant un mois sur tout le territoire de cet état du Pacifique.

L’objectif est de permettre au National Research Institute de déterminer comment ce réseau social est utilisé par les habitants et surtout d’identifier les faux-utilisateurs, ceux qui upload des images pornographiques et ceux répandant des fake news. Les malveillants pourront ainsi être retirés du réseau.

L’utilisation de Facebook deviendra ‘responsable’ déclare Sam Basil. La loi de 2016 sur le Cyber Crime n’a eu que peu d’impact. Si après la coupure d’un mois, les abus liés à l’utilisation de Facebook dans le pays continuent, il est même envisager de faire appel aux développeurs locaux pour créer un média social pour les citoyens.

C’est sans doute une initiative à suivre de près : comment vont réagir les citoyens (frustration, manque, isolement…), comment les utilisateurs de Facebook vont réussir à contourner l’interdiction ?
Nous ne doutons pas que Mark Zuckerberg ne suive ce dossier de très près.

 

Photo d’illustration de cette chronique : Port Moresby, capitale de la Papouasie-Nouvelle Guinée

Similar Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *