Pour commencer un nouveau concept, la Weiplomacy ? Mot valise contraction de Weibo et Diplomacy. Weibo ? C’est le Twitter chinois. Plus de 340M utilisateurs par mois.

L’Australian Strategic Policy Institute (ASPI) a publié une étude riche et glaçante sur l’utilisation de Weibo par la le gouvernement chinois. Car bien sûr, le Parti Communiste Chinois décide de ce qui se publie sur ce site de micro-blogging et surtout des commentaires qui sont rédigés pour chaque post publié par un/une représentant/représentation diplomatique d’un pays étranger. Il y aurait 13.000 employés de Weibo dédiés à la censure du contenu publié sur le site.

Tout d’abord bien comprendre que les pays occidentaux ne censurent pas les réseaux sociaux chinois.
Alors que la Chine a interdit Twitter, Facebook, Instagram, Youtube and Co. L’utilisation de ces outils à des fins diplomatiques est donc déséquilibrée. Et ce d’autant plus que les ambassades étrangères en Chine pratiquent une forme d’auto-censure de leurs publications sur Weibo.

L’étude de l’ASPI détaille une série de posts publiés par les ambassades sur Weibo et la façon dont les censeurs chinois les ont traités. Ainsi de novembre 2017 à Janvier 2018, 51 posts ont étés censurés :

Censure réalisée via plusieurs pratiques :

Les ambassades US, australienne et japonaise ayant confirmé à l’ASPI ne jamais désactiver la section commentaire de leurs posts Weibo. La Corée du Sud reconnait avoir désactivé les commentaires sur un post.

75% des posts censurés le sont car ils évoquaient un dirigeant chinois (vivant ou décédé) ou reprenaient une photo d’un de ces dirigeant.

L’ASPI, dans un travail de fourmi, a lu les commentaires des posts qui révèlent l’exacerbation du nationalisme chinois.
Un exemple : un tweet de l’ambassade allemande expliquant que le mot bouche-trou avait été inventé par Luther alors qu’il traduisait l’Ancien Testament a reçu les deux premiers commentaires suivants :
– Vous voulez la liberté de parole ? Ok, la prochaine fois qu’une équipe sportive viendra en Chine nous la bombarderons de croix gammées et de photos d’Hitler
– Vous méritez les attaques terroristes en Europe. Tout est de votre faute.

L’étude nous apprend que le gouvernement israélien est le seul à avoir une stratégie d’utilisation de Weibo efficace. En 2015, l’ambassade israélienne n’est pas dans le top 10 des ambassades populaires sur Weibo. En 2016, elle est numéro 1.


Popularité qui s’explique par la monté de l’islamophobie en Chine liée aux attentats jihadistes perpétrés dans la province du Xinjiang de 2014. Et les posts de l’ambassade israélienne informant du déménagement de l’ambassade US à Jérusalem ont été les posts les plus partagés sur Weibo.

Pour conclure l’ASPI livre trois recommandations à usage diplomatique pour lutter contre la weiplomacy :
– les ambassades étrangères doivent être plus présentes et surtout plus intelligentes dans leurs posts (pour contourner la censure)
– elles doivent utiliser les réseaux sociaux non-censurés et même twitter qui malgré son interdiction serait suivi par 10M twittos
– enfin, elles doivent protester officiellement auprès de leurs homologues chinois.

L’ASPI utilise le concept du “Orwellian nonsense” pour résumer cette situation. Ce qui nous donne envie de relire 1984 et son Big Brother.

Similar Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *